Exclusif

Des militants québécois d'extrême gauche ont combattu l'EI en Syrie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Les jeunes islamistes montréalais partis combattre en Syrie ne sont pas les seuls radicaux d'ici sur la ligne de front : dans les dernières années, des militants d'extrême gauche québécois ont rejoint la résistance au groupe armé État islamique (EI).

Leur nombre est difficile à évaluer, mais au moins trois d'entre eux sont passés des manifestations violentes de Montréal aux combats autrement plus sanglants qui gangrènent le Moyen-Orient, a appris La Presse.

Mitraillette à la main et révolution en tête, ces jeunes anarchistes veulent donner un coup de main aux Kurdes de Syrie, qui tentent de bâtir un État - baptisé le Rojava - sur des valeurs semblables aux leurs. Comme des dizaines de volontaires internationaux, ils ont ainsi rejoint une milice considérée comme terroriste par la Turquie et critiquée par des ONG, mais appuyée par l'Occident.

La Presse a pu s'entretenir avec deux d'entre eux.

«Pour moi, c'était naturel d'y aller, a témoigné l'un d'eux, assis dans un café de Montréal. Ce n'était pas une surprise ni pour ma famille ni pour mes amis. J'ai souvent dit que s'il y avait une révolution dans le monde, j'irais.»

Ils ont en fait des prénoms tout à fait courants, mais ne veulent révéler que leurs noms de guerre kurdes - Hozan et Çiya - pour éviter les problèmes des islamistes. Çiya est francophone et Hozan est anglophone, arrivé de Toronto en 2012 pour prendre part au «printemps érable». Les deux travaillent en informatique et disent participer à des Black Blocs dans des manifestations montréalaises. 

À un an d'intervalle, ils ont rejoint pour quelques mois les YPG, une milice d'extrême gauche composée d'hommes et de femmes qui défend le Rojava et qui a fait les manchettes lors du siège de sa capitale, Kobané, fin 2014. Ses combattants majoritairement kurdes - et les nombreux volontaires internationaux qui les ont rejoint - sont aux premières lignes du combat contre l'EI.

Ils sont toutefois critiqués par des ONG pour avoir déplacé des populations civiles et recruté des adolescents. Les YPG plaident des motifs de sécurité et promettent de démobiliser les mineurs lorsqu'ils sont détectés dans leurs rangs.

«On est sur la même longueur d'onde politiquement. C'est un système très près de l'anarchisme. Un contrôle important au niveau local, une émancipation des opprimés comme les femmes et les minorités. C'est comme un buffet des meilleures idées», dit Hozan.

Dans son français cassé, l'homme avoue sans problème avoir été arrêté à plusieurs reprises au Canada au cours des dernières années, notamment dans le cadre du mouvement Occupy et lors de l'émeute de Victoriaville en 2012.

Contrairement aux islamistes pourchassés par la police, ils n'ont eu aucun problème à revenir au Canada. Çiya affirme que les douaniers de Montréal-Trudeau lui ont même souhaité «bon repos».

Deux expériences différentes

Les deux anarchistes ont eu des expériences bien différentes sur le terrain : Çiya a patienté pendant deux mois avec son unité en vue d'un assaut qui n'est jamais venu avant de rentrer au Québec, alors qu'Hozan dit avoir participé à des assauts dans deux localités différentes : al-Shaddadi et Suluk. Les deux hommes ont des photos de leur passage sur place. La Presse a pu voir les tampons irakiens dans leurs passeports, mais n'a pas pu vérifier les détails de leur récit respectif de façon indépendante. 

Çiya, 29 ans et visage dur, a décidé de partir après avoir vu «une vidéo sur un site anarchiste». «Le lendemain du premier contact, j'avais une date d'arrivée», raconte-t-il. Il est parti en août dernier et est revenu en décembre.

Les Black Blocs sont ces groupes de manifestants... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, archives LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Les Black Blocs sont ces groupes de manifestants radicaux qui n'hésitent pas à attaquer des policiers ou à commettre des méfaits pendant les manifestations. Çiya et Hozan ne confirment pas avoir commis eux-mêmes d'actes criminels.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, archives LA PRESSE

«On était trois [volontaires] internationaux dans notre unité. Moi, un Allemand et un Français. 80% minimum étaient kurdes», explique-t-il. 

Pour Hozan, la décision s'est prise dans un contexte un peu moins calme. Ce dernier raconte qu'il tournait un documentaire militant en Syrie au début 2016 lorsqu'il s'est retrouvé ciblé par des tirs de combattants de l'État islamique. «J'étais en furie. Maintenant, c'était personnel. Quelqu'un de Daech m'a regardé et m'a tiré dessus. Ils ont tiré en premier, alors j'ai décidé que j'allais faire de mon mieux pour leur retourner la faveur» a-t-il raconté.

Sur place, il jure avoir rencontré «les meilleures personnes sur la planète», avec lesquelles il a combattu pendant quatre mois. Il enchaîne les anecdotes, du vacarme nocturne causé par le percement de meurtrières par l'ennemi pour mieux tirer le lendemain aux autos explosives qui se jettent sur les lignes kurdes. De la lettre à écrire à sa famille juste avant un assaut risqué jusqu'au camarade allemand qu'il croyait endormi un matin - mais qui avait finalement une balle dans la tête. 

«Bien sûr, les forces kurdes combattent des groupes armés comme l'État islamique qui bafouent les lois de la guerre, mais ce n'est pas une raison pour tolérer des abus de la part de ses propres forces», affirme Human Rights Watch, qui dénonce le recrutement de mineurs par les YPG.

Mais comme pour les autres combattants, certaines questions restent taboues. Ont-ils tué quiconque? «Je ne peux pas parler de ça, répond Hozan, la voix soudainement plus basse. Même légalement, je ne peux pas parler de ça.» Son camarade intervient. «C'est une question que même entre nous, on ne se pose pas. Je ne lui ai jamais demandé, je ne l'ai jamais demandé à mes camarades, s'oppose-t-il. Tous mes amis qui ont combattu là-bas, c'est la pire question qu'ils ne veulent pas entendre.»

À les écouter, les volontaires internationaux qui vont rejoindre les YPG ne restent pas sur les lignes de côté. Deux Canadiens qui ont rejoint les YPG sont d'ailleurs morts depuis 2015. Ils ne s'identifiaient pas comme anarchistes. 

L'Américain Michael Israel, lui, ne cachait pas ses idées d'extrême gauche. Il a été tué sur la ligne de front en novembre 2016, possiblement par une frappe aérienne turque. 

Pirouettes idéologiques

La guerre oblige les militants d'extrême gauche à quelques pirouettes idéologiques. Collaborer avec l'armée américaine, par exemple, qu'ils abhorrent et considèrent comme partiellement responsable de la naissance du groupe État islamique.

«On n'est pas contents de ça, mais [les Kurdes] n'ont pas d'avions. Sans eux [les Américains], on aurait peut-être perdu la guerre, explique Hozan. Tu peux perdre 10 hommes pour détruire un tank ou bien tu décroches le téléphone, tu envoies les coordonnées GPS [aux Américains] et il disparaît.»

Le mode de vie militaire reste aussi contre-intuitif pour ces militants. «Ça m'a causé certains problèmes parfois, mais t'as pas le temps de faire une assemblée générale avant un combat. Et c'est normal. Il n'y a pas une armée dans le monde qui peut le faire», expose Çiya. 

«Je ne m'imaginais pas développer des liens d'amitié avec d'ex-militaires. [...] L'image que j'avais des ex-militaires ou des militaires est loin de la réalité», rajoute-t-il. 

Même les conservateurs ont droit à un peu d'amour. «J'haïs Harper, mais il y a deux éléments avec lesquels je suis d'accord avec lui : il voulait envoyer un appui aérien là-bas», explique Çiya. Justin Trudeau «a l'air plus de gauche», mais a promis de retirer l'armée canadienne du combat. Son camarade raille aussi le premier ministre : «Ce qu'ils savent du Canada, c'est qu'on produit de bonnes lunettes thermales, que des dizaines de jeunes sont partis d'ici pour venir rejoindre l'État islamique et qu'on a un premier ministre très joli.»

Çiya se désole surtout de voir tant d'étrangers rejoindre les YPG, alors que ses compatriotes sont peu nombreux. «Je comprends qu'individuellement, les gens font le choix de ne pas partir, de ne pas quitter leur vie ici, dit-il. Mais c'est collectivement que je ne comprends pas pourquoi on est si peu nombreux à y être allés.»

Le gouvernement canadien continue à décourager ses ressortissants de se rendre en Syrie, même pour joindre les groupes qui combattent l'EI. Le Globe and Mail a d'ailleurs révélé en janvier 2016 l'existence d'un mémo gouvernemental confidentiel qui affirme que «tout Canadien qui entretient des liens avec des organisations telles que le PKK pourrait tomber sous le coup de la législation antiterroriste canadienne».

Affaires mondiales Canada n'a pas répondu à un courriel de La Presse.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer