Le président turc accueille la fillette qui tweetait l'enfer d'Alep

« Notre fille d'Alep Bana Al-Abed et sa famille... (photo Kayhan OZER, présidence turque/AFP)

Agrandir

« Notre fille d'Alep Bana Al-Abed et sa famille nous ont fait la joie de nous rendre visite au (palais) présidentiel », a déclaré M. Erdogan sur son compte Twitter, partageant des photos le montrant assis avec la fillette sur ses genoux.

photo Kayhan OZER, présidence turque/AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les tumultes, conflits et guerres qui ont suivi le «Printemps arabe». »

Agence France-Presse
ANKARA

La fillette syrienne Bana Al-Abed, devenue célèbre pour ses tweets décrivant l'enfer quotidien d'Alep, a été reçue mercredi avec sa famille par le chef de l'Etat turc Recep Tayyip Erdogan.

« Notre fille d'Alep Bana Al-Abed et sa famille nous ont fait la joie de nous rendre visite au (palais) présidentiel », a déclaré M. Erdogan sur son compte Twitter, partageant des photos le montrant assis avec la fillette sur ses genoux.

« La Turquie se tiendra toujours aux côtés de ses frères syriens », a-t-il ajouté sur le réseau social qui a rendu célèbre Bana Al-Abed, sept ans, évacuée la semaine passée d'Alep à la faveur d'un accord de cessez-le-feu.

La trêve a été négociée par Ankara et Moscou, dont l'ambassadeur en Turquie a été assassiné lundi par un policier turc affirmant vouloir venger Alep, en passe d'être entièrement reprise par le régime syrien avec un appui russe.

Depuis septembre, Bana Al-Abed (@AlabedBana) tweetait avec sa mère des tranches de vie d'Alep-Est assiégé et bombardé par l'aviation du régime. Son compte est suivi par plus de 352 000 personnes.

« Très heureuse de rencontrer M. Erdogan », a tweeté la jeune fille mercredi.

La Turquie accueille quelque 2,7 millions de réfugiés syriens, mais a fait savoir qu'elle préférait désormais assister les déplacés de l'autre côté de la frontière.

Ankara soutient les rebelles qui tentent de renverser le président Bachar al-Assad, un conflit qui a fait plus de 400 000 morts depuis mars 2011.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer