Syrie: le principal hôpital d'Alep à nouveau bombardé

Des volontaires transportent une personne blessée sur une... (PHOTO THAER MOHAMMED, AFP)

Agrandir

Des volontaires transportent une personne blessée sur une civière à la suite des frappes aériennes effectuées par le régime syrien, le 30 septembre à Alep.

PHOTO THAER MOHAMMED, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les tumultes, conflits et guerres qui ont suivi le «Printemps arabe». »

Karam AL-MASRI, Maya GEIBELY
Agence France-Presse
Alep et Beyrouth

Le plus grand hôpital des quartiers rebelles d'Alep a été bombardé samedi, pour la deuxième fois cette semaine, alors que le régime et son allié russe poursuivent leur offensive militaire pour reprendre la totalité de la deuxième ville de Syrie.

Depuis son lancement le 22 septembre, cette campagne militaire a permis aux forces progouvernementales de grignoter du terrain aux dépens des rebelles dans le centre et le nord d'Alep, avec des bombardements qui ont tué des dizaines de civils et entraîné des destructions massives.

Divisée depuis 2012 entre un secteur ouest contrôlé par le régime et des quartiers est aux mains des rebelles, Alep est devenue le principal front du conflit syrien, qui a fait plus de 300 000 morts en cinq ans.

Environ 250 000 personnes, dont 100 000 enfants, vivent dans les quartiers Est, assiégés par le régime, et subissent, selon l'ONU, «la plus grave catastrophe humanitaire jamais vue en Syrie».

Les efforts diplomatiques pour rétablir un cessez-le-feu en Syrie semblent complètement enlisés, avec des tensions grandissantes entre les États-Unis, qui soutiennent les rebelles, et la Russie, alliée de Damas.

Le ministère russe des Affaires étrangères a fait état en soirée d'une conversation téléphonique entre le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et son homologue américain John Kerry.

M. Lavrov a notamment «souligné le caractère inacceptable des tentatives des opposants, pilotées par l'Occident, de traiter avec indulgence Al-Nosra et leur blocage des négociations sur un règlement politique de la crise», en allusion au Front Fateh al-Cham, ex-Front al-Nosra qui a renoncé à son rattachement à Al-Qaïda.

Alors que la situation médicale est déjà catastrophique dans les quartiers rebelles d'Alep, deux barils d'explosifs ont frappé samedi matin le plus grand hôpital du secteur selon la Syrian American Medical Society (SAMS).

«Crime de guerre»

«Et il y a des informations sur l'utilisation d'une bombe à fragmentation», a dit Adham Sahloul, un responsable de cette ONG basée aux États-Unis qui gère l'hôpital.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a fait état d'un mort dans l'attaque.

Un correspondant de l'AFP sur place a vu des lits tâchés de sang, du matériel médical éparpillé et des vitres brisées.

Un docteur de l'hôpital a fait état du largage d'un autre baril d'explosifs dans l'après-midi «devant l'hôpital, forçant le personnel médical qui était toujours présent dans certains départements à évacuer tous les patients vers un autre établissement».

L'OSDH a confirmé de nouveaux raids dans l'après-midi.

Le président du Parlement européen Martin Schulz a vivement réagi sur Twitter, condamnant une «attaque abjecte contre l'hôpital d'Alep», et la qualifiant de «crime de guerre».

Dans un communiqué, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a lui jugé «particulièrement inqualifiable» «le ciblage systématique des structures et des personnels de santé» à Alep.

Seules six structures hospitalières sont encore en activité dans les quartiers rebelles d'Alep, a indiqué la SAMS.

Selon un responsable de la station de pompage Souleimane al-Halabi, dans le secteur rebelle, la majorité de la ville souffrait d'une coupure d'eau samedi après-midi suite à l'endommagement du réseau électrique et l'incapacité des techniciens à effectuer les réparations nécessaires avec la poursuite des bombardements.

L'OSDH a confirmé la poursuite depuis vendredi d'intenses combats entre rebelles et forces du régime, accompagnés de frappes russes, autour de la station située près de la ligne de démarcation.

D'après l'ONG, le régime a gagné du terrain dans Souleimane al-Halabi et s'approche de celui de Boustane al-Bacha.

Les rebelles ont récemment perdu des positions dans le nord-est, ce qui permet désormais aux forces prorégime de menacer les quartiers de Hellok et Haydariyé.

La France «mobilisée»

Depuis le début de leur offensive militaire de grande envergure sur Alep-Est, les bombardements du régime syrien et de son allié russe ont tué au moins 220 personnes selon l'OSDH.

L'organisation Médecins sans frontières (MSF) a appelé Damas et Moscou à mettre un terme «au bain de sang».

La Russie et le régime sont accusés par les Occidentaux d'utiliser contre des zones civiles des armes comme des bombes antibunker, incendiaires et à fragmentation, normalement destinées à des cibles militaires.

Moscou a balayé les accusations de «crimes de guerre» et assuré qu'il poursuivrait sa campagne de soutien au régime, entamée il y a un an.

Pour Jean-Marc Ayrault, l'attaque contre l'hôpital samedi «ne vient que confirmer l'urgence absolue d'une cessation des hostilités à Alep et d'un accès des populations civiles à l'aide humanitaire».

«La France se mobilise en ce moment même au Conseil de sécurité (de l'ONU) pour mettre un coup d'arrêt à ce drame inacceptable», a-t-il ajouté, en référence à un projet de résolution centré sur Alep qui a commencé à être discuté vendredi par les ambassadeurs des cinq membres permanents.

Ce texte appelle au rétablissement du cessez-le-feu initié en septembre par un accord américano-russe, qui n'avait duré qu'une semaine, et la France espère le présenter lundi aux 15 pays membres du Conseil de sécurité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer