Syrie: Amnistie appelle à secourir une fillette blessée à Madaya

Ghina Ammad Wadi... (PHOTO FOURNIE PAR AMNISTIE INTERNATIONALE)

Agrandir

Ghina Ammad Wadi

PHOTO FOURNIE PAR AMNISTIE INTERNATIONALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
LONDRES

Amnistie internationale appelle la communauté internationale à tout mettre en oeuvre pour faire évacuer de Madaya une fillette syrienne de dix ans blessée dans cette ville assiégée par les forces du président syrien Bachar al-Assad.

«Nous appelons le groupe de travail sur l'aide humanitaire de l'ONU à assurer que Ghina soit évacuée immédiatement vers un hôpital pour y être opérée en urgence», a déclaré Kristyan Benedict, responsable de la Syrie auprès de l'ONG, dans un communiqué.

Il demande également à la Russie et aux États-Unis de «faire pression sur les autorités syriennes».

Le 2 août dernier, Ghina Ammad Wadi était sortie pour acheter des médicaments à sa mère lorsqu'elle a été touchée à la hanche par une balle tirée par un sniper du régime, selon Amnistie.

Elle souffre d'une fracture complexe qui lui cause «une douleur extrême en quasi-permanence». Faute du matériel médical adéquat, elle ne peut être opérée sur place et a besoin d'être évacuée immédiatement à Damas ou au Liban. Mais sa demande se heurte au refus du gouvernement syrien, selon Amnistie.

La tante de la fillette, qui vit à Londres, en a plus précisément appelé au gouvernement britannique pour aider sa nièce.

«Tout ce que je veux c'est que les grandes puissances et les Nations Unies fassent sortir Ghina de Madaya pour qu'elle puisse être soignée dans un hôpital proprement équipé. Si le gouvernement britannique peut aider ma nièce, je le supplie de le faire», déclare Fadah Jassan dans un communiqué relayé par Amnistie.

Plus de 40 000 personnes vivent assiégées depuis des mois à Madaya, à l'ouest de Damas, et des dizaines sont mortes de faim dans cette ville encerclée par les forces de Bachar al-Assad et des combattants du Hezbollah.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer