Le régime syrien célèbre la journée des Martyres à Palmyre

Un concert s'est tenu vendredi dans le théâtre... (Photo LOUAI BESHARA, AFP)

Agrandir

Un concert s'est tenu vendredi dans le théâtre ancien de la cité antique de Palmyre, ravagée par l'occupation du groupe État islamique, qui a détruit nombre de monuments et statues.

Photo LOUAI BESHARA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Rim HADDAD
Agence France-Presse
Palmyre

Musique militaire, chants patriotiques, floraison de drapeaux, les autorités syriennes ont célébré vendredi le centenaire de la journée des Martyrs dans le théâtre antique de Palmyre, où il y a peu les djihadistes exécutaient leurs prisonniers.

Alors que le pays connaît depuis cinq ans une guerre civile qui a fait plus de 170 000 morts, le régime a voulu donner un lustre particulier en illuminant la cité antique, six semaines après que l'armée, épaulée par les militaires russes, eut chassé les combattants ultra-radicaux de l'État islamique (EI).

« Nous sommes ici pour saluer ceux qui sont morts pour sauver la patrie et nous saluons les martyrs de la Syrie et parmi eux les héros qui sont morts précisément sur ce théâtre », a affirmé le présentateur avant de laisser la place à l'orchestre de la police et de l'armée qui a entamé l'hymne aux morts.

Le 25 juillet 2015, l'EI avait diffusé une vidéo de l'exécution de 25 soldats dans ce théâtre et l'un des murs porte encore les empreintes des balles.

Pour montrer le rôle primordial joué par leur pays, indéfectible allié du régime, dans la reconquête de la ville, une vingtaine de soldats russes sont montés sur scène en agitant des drapeaux russes et syriens, avant le début de la représentation.

La veille, dans cet endroit mythique, le chef d'orchestre russe Valéri Guerguiev avait dirigé un concert symphonique.

Interprété par l'Orchestre symphonique du théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg, le concert intitulé « Prière pour Palmyre, la musique redonne vie aux anciens murs », s'était déroulé devant 400 spectateurs dont de nombreux soldats russes.

« Nuage passager »

Vendredi, les autorités avaient fait venir en bus dans cette ville en plein désert, des délégations de toutes les régions de Syrie sous contrôle gouvernemental et distribué au public à l'entrée du théâtre des drapeaux syriens.

« J'ai toujours rêvé de revoir Palmyre. Nous sommes venus pour faire revivre à nouveau Palmyre maintenant que la sécurité est rétablie et j'espère assister bientôt à un concert dans la citadelle, qui est aujourd'hui bien fatiguée », a affirmé à l'AFP Zoulfiqar Hassan, un dentiste de la cité balnéaire de Lattaquié.

Ce monument islamique construit par les Mamelouks au XIIIe siècle sur la colline surplombant la site antique, a pris ensuite le nom de Fakhredine, du nom de l'émir druze qui contrôla la cité au XVIe siècle.

Le château ainsi que le site antique de Palmyre sont classés au patrimoine mondial de l'Humanité.

May Aref, directrice d'une école, 35 ans, venue de Damas espère que « ce concert marquera pour Palmyre le retour à sa splendeur d'antan et que ce qui s'est passé n'était qu'un nuage passager ».

La Chorale de joie a interprété des chansons patriotiques de Fayrouz. Mais alors que la diva libanaise chante « mon père est parti avec l'armée, il a tenu un fusil (...) il a combattu et gagné à Anjar », une localité libanaise, les chanteurs l'ont remplacé par Palmyre.

Entre chaque morceau, le public scandait « Syrie » et « les fils des martyrs protègent le chef de la nation », allusion au président Bachar al-Assad.

Six semaines après leur départ, Palmyre porte encore les irrémédiables outrages de la présence durant dix mois des djihadistes avec la destruction à l'explosif de monuments antiques comme l'illustre temple de Bêl ou celui de Baalshamin ainsi que l'arc de triomphe et le musée.

Elle garde aussi les stigmates des combats pour la reconquête de la ville avec les immeubles sans façades, les chaussées défoncées, où les djihadistes avaient caché des mines artisanales que soldats russes et syriens ont dû faire sauter.

Mais la guerre n'est pas loin. L'EI se trouve à une trentaine de km et n'a pas rendu ses armes. Il y quelques jours, les djihadistes se sont emparés du champ gazier de Chaer, tout proche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer