Syrie: le parti d'Assad vainqueur sans surprise des législatives

Bachar al-Assad dépose son bulletin de vote le... (PHOTO ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Bachar al-Assad dépose son bulletin de vote le 13 avril dernier.

PHOTO ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Damas

Le parti Baas au pouvoir en Syrie et ses alliés ont remporté sans surprise la majorité des sièges du Parlement à l'issue des législatives organisées le 13 avril dans les territoires contrôlés par le régime, selon les résultats officiels.

Selon la commission électorale, la grande majorité des 250 sièges du Parlement a été raflée par le parti Baas, au pouvoir depuis un demi-siècle.

Les 200 candidats de la liste «Union nationale» à laquelle appartient ce parti l'ont tous emporté dans plusieurs provinces du pays ravagé par la guerre depuis cinq ans, a rapporté dimanche le quotidien Al-Watan proche du pouvoir.

Le taux de participation a été de 57.56% parmi les électeurs en capacité de voter, selon cette commission, citée par l'agence officielle Sana.

5,08 millions des 8,83 millions d'électeurs potentiels se sont déplacés dans les bureaux de vote pour choisir parmi les 3500 candidats à ces élections dénoncées comme «illégitimes» par l'opposition en exil.

En Syrie, un pays qui comptait quelque 23 millions d'habitants avant le conflit, 13,5 millions de personnes sont affectées ou déplacées par la guerre, selon l'ONU.

De nombreux experts avaient prédit un résultat semblable à celui du scrutin de mai 2012, auquel plusieurs partis avaient été autorisés, pour la première fois, à participer. Le Baas avait obtenu la majorité des 250 députés élus pour un mandat de quatre ans.

Parmi les candidats vainqueurs figurent notamment des membres de la délégation du régime présente à Genève où se tient une nouvelle session de pourparlers indirects entre régime et rebelles afin de trouver une issue à une guerre dévastatrice ayant coûté la vie à plus de 270 000 personnes.

Des artistes partisans du régime de Damas ont également remporté des sièges comme le réalisateur Najdat Anzour ou l'acteur Aref al-Tarif.

Ces élections avaient été jugées «illégitimes» par les opposants de l'intérieur comme de l'extérieur, et par les pays occidentaux. Mais la Russie, grand allié du régime, les a jugées «conformes à la Constitution syrienne actuelle». L'ONU plaide de son côté pour la tenue d'élections générales au courant de 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer