Syrie: 36 morts dans des raids probablement russes

Un homme aide une femme à circuler à... (PHOTO AMMAR ABDULLAH, REUTERS)

Agrandir

Un homme aide une femme à circuler à travers les débris d'un édifice touché par les frappes, le 20 décembre à Idleb.

PHOTO AMMAR ABDULLAH, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Trente-six personnes, en majorité des combattants, ont péri dimanche dans des raids probablement russes sur la province septentrionale d'Idleb, tandis qu'une roquette a frappé un bus à Damas.

« Des raids, probablement russes, ont visé d'anciens locaux du régime, utilisés par l'Armée de la Conquête », une coalition de djihadistes du Front al-Nosra et de groupes islamistes, comme Ahrar al-Cham, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Outre les 36 morts, « des dizaines de personnes, en majorité des civils, ont été blessées », a-t-il ajouté.

La Russie, qui mène des frappes aériennes en Syrie depuis le 30 septembre, affirme viser des organisations « terroristes », dont le groupe État islamique (EI), mais les Occidentaux l'accusent de se concentrer principalement sur les groupes rebelles combattant le régime.

« En réponse à ces bombardements, des rebelles ont tiré des roquettes sur les localités chiites de Foua et Kafraya », a indiqué M. Abdel Rahmane, faisant état de la mort d'une personne et de cinq blessés.

Ces deux villages sont les seuls dans la province d'Idleb à être encore sous contrôle de l'armée. Des civils de Foua et Kafraya doivent être évacués bientôt dans le cadre d'un accord entre le régime et la rébellion qui prévoit également l'évacuation de combattants et civils de la ville rebelle de Zabadani, près de la frontière libanaise, assiégée elle par les forces prorégime.

Ailleurs, les forces progouvernementales ont pris le contrôle dimanche d'une localité stratégique de la province d'Alep (nord), selon les médias syriens et l'OSDH.

« Des unités de l'armée et des forces armées loyales au régime contrôlent Khan Touman et les fermes environnantes dans la province d'Alep », a annoncé l'agence de presse officielle syrienne Sana.

La télévision syrienne a qualifié cette zone de « plus important bastion des organisations terroristes dans le sud-ouest de la province d'Alep ».

Les affrontements entre les deux camps ont été accompagnés « de violents bombardements et d'au moins 40 raids de l'aviation syrienne et russe sur la région », a indiqué M. Abdel Rahmane, précisant que 16 rebelles islamistes avaient été tués.

Les rebelles s'étaient emparés en mars de dépôts d'armes dans la localité après plusieurs jours de combat.

Depuis la mi-octobre, l'armée a étendu ses opérations militaires terrestres contre les rebelles dans le nord du pays avec le soutien de l'aviation russe et a réussi à reprendre le contrôle de plusieurs régions dans la province d'Alep.

À Damas, neuf personnes ont été blessées dimanche par un tir de roquette qui s'est abattu sur un bus circulant à Mazzé, dans l'ouest de la capitale, a indiqué l'agence de presse officielle Sana.

Selon des sources médicales, au moins deux femmes soldats ont été tuées et deux autres sont dans un état critique par l'explosion d'une bombe ou d'une roquette contre ce bus militaire.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté vendredi à l'unanimité une résolution qui établit une feuille de route pour une solution politique au conflit qui a fait plus de 250 000 morts et des millions de déplacés.

La Ligue arabe a estimé dimanche que cette feuille de route était une « opportunité » pour trouver une « solution sérieuse » à la guerre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer