Des milliers d'Iraniens et d'Irakiens pour défendre Damas

Après une série de revers face aux djihadistes... (PHOTO AMMAR ABDULLAH, REUTERS)

Agrandir

Après une série de revers face aux djihadistes et aux rebelles, les responsables syriens ont appelé leurs alliés russes et iraniens à concrétiser leur soutien par des actes. Ci-dessus, des combattants du Front al-Nosra, à Ahia dans la province d'Idleb, le 28 mai.

PHOTO AMMAR ABDULLAH, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
BEYROUTH, Liban

Plusieurs milliers de combattants irakiens et iraniens sont arrivés récemment en Syrie, avec pour objectif principal de défendre Damas et sa banlieue, selon une source sécuritaire syrienne, au moment où les djihadistes ont affirmé que la capitale était leur prochain objectif.

«Ces dernières semaines, quelque 7000 combattants iraniens et irakiens sont arrivés en Syrie et leur premier objectif est la défense de la capitale», a affirmé à l'AFP ce membre des services de sécurité à Damas, sous couvert de l'anonymat. «Le plus important contingent est irakien».

«Le but est d'arriver à 10 000 hommes pour épauler l'armée syrienne et les milices progouvernementales, d'abord à Damas, et dans un second temps pour reprendre Jisr al-Choughour, car c'est le verrou vers la côte méditerranéenne et la région de Hama au centre du pays», a ajouté cette source.

L'armée syrienne a perdu le 25 avril Jisr al-Choughour, dans le nord-ouest du pays, face à l'Armée de la conquête, une coalition composée de rebelles islamistes et du Front al-Nosra, branche syrienne d'al-Qaïda.

Cité lundi par l'agence iranienne Irna qui affirmait toutefois «ne pas prendre la responsabilité de l'information», le général Ghassem Souleimani, un chef des Gardiens de la révolution iraniens chargé des opérations extérieures, a affirmé que «dans les jours qui viennent, le monde va être surpris par ce que nous préparons, en coopération avec les chefs militaires syriens».

Après une série de revers face aux djihadistes et aux rebelles, les responsables syriens ont appelé leurs alliés russes et iraniens à concrétiser leur soutien par des actes, a expliqué à l'AFP un homme politique syrien proche du régime.

Cet appel intervient au moment où les rebelles semblent accentuer leurs offensives.

Des militaires syriens affirment qu'à la suite d'un accord récent entre l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, ennemis irréductibles du régime de Bachar al-Assad, les rebelles qu'ils soutiennent, longtemps divisés, attaquent désormais par dizaines de milliers les positions de l'armée gouvernementale.

Jeudi dernier, le chef d'al-Nosra Abou Mohammad al-Jolani avait affirmé que la mission de son organisation «en Syrie est de faire chuter le régime, ses symboles et ses alliés».

Selon une source diplomatique à Damas, les Iraniens avaient critiqué l'échec de la dernière offensive en date du régime, visant à couper l'approvisionnement des rebelles dans la métropole septentrionale d'Alep en février.

D'après cette source, les Iraniens, opposés à cette opération en raison de sa mauvaise préparation, avaient insisté pour que les Syriens changent de stratégie, considérant qu'il vaut mieux contrôler moins de territoires, mais bien les contrôler.

«L'Iran a vivement conseillé aux autorités syriennes de changer de stratégie en ne protégeant que les zones stratégiques», a confirmé Haytham Manna, un vétéran de l'opposition.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer