Mort d'une Allemande qui combattait aux côtés des Kurdes

Il s'agit du troisième ressortissant occidental à avoir... (Photo: AP)

Agrandir

Il s'agit du troisième ressortissant occidental à avoir trouvé la mort en moins de deux semaines dans les rangs des combattants kurdes en Syrie.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
Beyrouth

Une jeune Allemande a été tuée dans le nord-est de la Syrie où elle combattait aux côtés des forces kurdes contre le groupe État islamique (EI), a-t-on appris dimanche auprès de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Une jeune Allemande âgée d'une vingtaine d'années a été tuée ces dernières heures alors qu'elle combattait aux côtés des Unités de protection du peuple kurde (YPG), la principale force kurde en Syrie, dans le secteur de la localité de Tall Tamer, théâtre de combats violents depuis hier entre Kurdes et EI», a déclaré à l'AFP le directeur de cette ONG, Rami Abdel Rahmane.

Djihadistes et kurdes se disputent âprement le contrôle de Tall Tamer, une localité stratégique de la province de Hassaké dans le nord-est de la Syrie, où les combats ont fait 40 morts, selon l'OSDH.

Il s'agit du troisième ressortissant occidental à avoir trouvé la mort en moins de deux semaines dans les rangs des combattants kurdes en Syrie. Un Britannique, Konstandinos Erik Scurfield, est mort mardi dernier des suites de blessures subies la veille lors de combats dans la province de Hassaké, et un Australien a été tué dans la même bataille.

La mort de la combattante allemande survient alors que le monde célèbre ce dimanche la Journée internationale des droits des femmes.

Les femmes occupent une place importante sur le plan militaire au sein des forces kurdes. Elles représentent 35% des YPG soit quelque 7000 de combattantes, qui ont reçu le même entraînement et enseignements que leurs camarades masculins.

Plusieurs dizaines d'Occidentaux auraient rejoint les rangs des YPG en Syrie ainsi que d'autres milices combattant l'EI. Un chiffre très inférieur aux milliers d'Occidentaux ayant rejoint l'EI.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer