Damas accusé de «torture systématique»

Le rapport, publié sur les sites du quotidien... (PHOTO REUTERS/THE REPORT)

Agrandir

Le rapport, publié sur les sites du quotidien britannique The Guardian et de la chaîne d'information américaine CNN, est basé sur le témoignage et sur des photos fournies par cette source, restée anonyme pour des raisons de sécurité.

PHOTO REUTERS/THE REPORT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
Londres, Grande-Bretagne

Trois anciens procureurs internationaux accusent la Syrie de massacres à grande échelle et de tortures dans un rapport basé sur le témoignage d'un déserteur et commandé par le Qatar, pays qui soutient les rebelles syriens.

Le rapport, publié sur les sites du quotidien britannique The Guardian et de la chaîne d'information américaine CNN, est basé sur le témoignage et sur des photos fournies par cette source, restée anonyme pour des raisons de sécurité.

Il fait état de 11 000 détenus morts dans les geôles du régime syrien. «Ce chiffre provient d'un seul endroit, que je ne peux pas citer pour des raisons de sécurité», a déclaré l'un des trois rédacteurs du rapport, Desmond de Silva, à la BBC.

Sur l'ensemble de la Syrie, il y en a «beaucoup plus», a ajouté l'ancien procureur en chef du tribunal spécial pour la Sierra Leone qui a rédigé ce rapport avec Geoffrey Nice, ancien procureur en chef lors du procès de l'ex-président yougoslave Slobodan Milosevic, et David Crane, qui a inculpé le président libérien Charles Taylor.

Commandité et financé par le Qatar, le rapport de 31 pages a été publié à la veille du début de la conférence de Genève-2 destinée à sortir la Syrie de la guerre civile.

L'ONU ainsi que des organisations comme Human rights watch avaient déjà fait état d'abus et de tortures de la part du régime syrien ainsi que des rebelles, mais à une échelle moindre.

Le document publié lundi s'appuie sur le témoignage d'un photographe qui affirme avoir déserté la police militaire syrienne avec, en sa possession, une carte mémoire contenant environ 55 000 photos de 11 000 prisonniers morts en prison entre mars 2011 et août 2013.

Il a remis les photos aux experts médico-légaux mandatés par le cabinet juridique représentant le Qatar, à majorité sunnite, qui avait immédiatement apporté son soutien aux rebelles lors de leur soulèvement en 2011 contre Bachar al-Assad, soutenu par l'Iran chiite.

Les images «témoignent du meurtre systématique de détenus par la faim et la torture. On voit des yeux arrachés, des gens battus de manière ignoble, des corps mutilés, ce sont des images terribles», s'est ému Desmond de Silva.

«Les photos de corps émaciés rappellent ceux des camps de concentration nazis», a-t-il ajouté. «Nous estimons que les éléments qu'il a fournis peuvent contribuer à trouver des crimes contre l'humanité.»

L'ancien procureur estime qu'il est «très peu probable» que les photos puissent avoir été falsifiées.

Les auteurs du rapport ont mis le résultat de leur travail à la disposition de l'ONU, des gouvernements et des organisations de défense des droits de l'homme.

«Nous sommes convaincus qu'il s'agit d'un témoin convainquant et sincère», a souligné Desmond de Silva, expliquant l'avoir rencontré pendant trois jours avec ses deux collègues dont il a vanté la qualité et «l'expérience» en la matière.

«L'intérêt que possède le Qatar dans cette affaire ne veut pas dire que les preuves sont fausses. Nous avons pris ce fait en compte et avons été très méticuleux dans notre façon de travailler», a-t-il ajouté.

La publication du rapport a fait réagir le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague qui a évoqué mardi «de nouvelles preuves de l'utilisation systématique de violence et de brutalité envers le peuple syrien par le régime d'Assad».

«Nous allons continuer à faire pression pour agir contre toute violation des droits de l'homme en Syrie et faire en sorte que les auteurs en rendent des comptes», a ajouté le ministre.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer