La moitié des Syriens ont besoin d'une «aide d'urgence»

«Près de 9,3 millions d'individus ont besoin d'une... (PHOTO MUHAMMAD HAMED, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«Près de 9,3 millions d'individus ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence», a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

PHOTO MUHAMMAD HAMED, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
Koweït

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré mercredi devant une conférence de donateurs au Koweït, que la moitié de la population syrienne avait besoin d'une aide d'urgence dans le pays en guerre.

Présent à la même conférence, le secrétaire d'État John Kerry a annoncé que son pays apporterait 380 millions de dollars supplémentaires d'aide humanitaire pour le conflit en Syrie.

«Près de 9,3 millions d'individus ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence», a-t-il déclaré, en disant par ailleurs espérer que la conférence de paix prévue le 22 janvier en Suisse aboutirait à un gouvernement de transition pour mettre fin au bain de sang.

«La guerre civile en Syrie n'est pas seulement un problème syrien», a dit de son côté M. Kerry, en ajoutant que le total de l'aide humanitaire américaine à la Syrie atteint désormais 1,7 milliard de dollars.

Cette nouvelle enveloppe est destinée aux personnes affectées par la guerre en Syrie et aux réfugiés dans les pays voisins, a-t-il ajouté devant une réunion internationale organisée par l'ONU qui espère mobiliser 6,5 milliards de dollars en faveur des victimes de la guerre en Syrie.

245 000 personnes assiégées manquent de vivres

Quelque 245 000 Syriens vivent assiégés dans leur propre pays et font face à des difficultés extrêmes, dont une grave pénurie en vivres, a annoncé mercredi à Koweït Valérie Amos, coordinatrice des affaires humanitaires de l'ONU.

«Je suis profondément troublée par des informations persistantes sur des populations à court de nourriture dans des zones assiégées, où vivent quelque 245 000 personnes», a déclaré Mme Amos devant une conférence internationale de donateurs.

«Des enfants, des femmes et des hommes sont pris au piège, affamés et malades. Et ils ont perdu tout espoir dans la capacité de la communauté internationale à les aider», a-t-elle ajouté.

«Le siège est devenu une arme de guerre avec des milliers de personnes bloquées, en manque d'approvisionnements et incapables d'obtenir des services de base», a déploré la responsable de l'ONU.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer