Libye: près de 5000 missiles sol-air SAM-7 rapportés manquants

«Plus de 14 000 de ces missiles ont... (Photo: AFP)

Agrandir

«Plus de 14 000 de ces missiles ont été soit utilisés, soit détruits, ou sont aujourd'hui hors d'usage. La plupart étaient stockés dans la ville de Zenten (sud-ouest de Tripoli)», a expliqué le général Adia.

Photo: AFP

Agence France-Presse
Benghazi

Près de 5000 missiles anti-aériens SAM-7 issus des arsenaux de l'ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, sont toujours manquants, a indiqué un responsable militaire du nouveau régime, qui a procédé samedi à la destruction symbolique de plusieurs de ces missiles.

«La Libye de Kadhafi a acheté environ 20 000 missiles sol-air SAM-7, de fabrication soviétique ou bulgare», a déclaré le général Mohamed Adia, en charge de l'armement au sein du ministère de la Défense du Conseil national de transition (CNT).

«Plus de 14 000 de ces missiles ont été soit utilisés, soit détruits, ou sont aujourd'hui hors d'usage. La plupart étaient stockés dans la ville de Zenten (sud-ouest de Tripoli)», a expliqué le général Adia.

«Environ 5000 SAM-7 sont toujours manquants et dans la nature. Malheureusement, il est possible que certains de ces missiles soient tombés entre de mauvaises mains (...) à l'étranger», a-t-il reconnu.

L'officier supérieur s'exprimait à Benghazi (est) au cours d'une conférence de presse organisée dans un ancien stock de l'armée du colonel Kadhafi, vaste étendue d'entrepôts rectangulaires dans le quartier périphérique d'al-Masaken.

Près de 500 SAM-7 ont été retrouvés par les forces du CNT, dont une partie est stockée dans cet entrepôt, selon le général Adia.

Sous sa supervision, une dizaine de missiles ont été neutralisés devant les journalistes: leur optique de guidage ainsi que leur système de mise à feu ont été brisés à coup de marteau.

Au total, 180 SAM-7 ont ainsi été détruits par le CNT, «de sa propre initiative, pour protéger le monde de telles armes», a souligné le général Adia.

«À juste titre, la communauté internationale a peur de ces armes, comparables au missile américain Stinger. Ces missiles sont légers, de petite taille, faciles à manier et pourraient être utilisés pour détruire un avion civil», selon l'officier.

«Datant des années 1970, ils sont aujourd'hui obsolètes, en raison des progrès technologiques des avions de combat. (...) Nous n'avons aucune raison de les conserver», a-t-il ajouté, sous les yeux d'une équipe d'experts américains.

Avec «5000 missiles anti-aériens de ce genre dans la nature, nous avons beaucoup de travail devant nous...», a commenté un membre de cette équipe, qui a requis l'anonymat et s'est présenté comme travaillant pour «une entreprise sous contrat du gouvernement américain».

Plusieurs pays occidentaux se sont inquiétés de la dissémination de ces missiles sol-air de courte portée et de leur utilisation par des groupes terroristes, en particulier al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), contre des avions civils.

En novembre 2002, au moins un missile SAM-7 avait été tiré contre un avion de ligne israélien à Mombasa, sur la côte du Kenya, mais avait manqué sa cible de peu, dans une attaque ensuite revendiquée par al-Qaïda. En novembre 2003, un cargo de DHL avait été touché au décollage de l'aéroport de Bagdad et avait failli s'écraser.

De nombreux stocks d'armes et de munitions en tout genre de l'armée du colonel Kadhafi ont été pillés dans tout le pays depuis le début en février de la révolution contre le régime du «Guide» libyen, qui a également distribué une partie de ses armements à ses partisans en fuite.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer