Un Français soupçonné d'«extrémisme» arrêté en Australie

Le suspect a été interrogé à son arrivée... (PHOTO AFP)

Agrandir

Le suspect a été interrogé à son arrivée en France par les enquêteurs chargés des investigations sur les attentats de Paris.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Notre dossier spécial sur les attentats du 13 novembre à Paris. »

Agence France-Presse
Sydney

Un Français soupçonné d'«extrémisme» a été arrêté au moment où il tentait d'entrer en Australie avec des bombes aérosol d'autodéfense, deux jours après les attentats de Paris, et extradé vers la France, ont annoncé mercredi les autorités.

Le ministre de la Justice George Brandis a déclaré que ce Français, dont l'identité n'a pas été révélée, avait été interpellé à l'aéroport de Melbourne le 15 novembre en provenance du Moyen-Orient.

«La police australienne des frontières (ABF), y compris son unité antiterroriste, est intervenue», a déclaré le ministre à la radio ABC. «Il était en possession de matériaux interdits, à savoir trois bombes aérosol d'autodéfense, son visa a été annulé, il a été placé en détention puis extradé».

L'homme était également en possession de «littérature extrémiste», a ajouté M. Brandis sans autre précision. «C'est un nouvel exemple de la détermination du gouvernement à assurer la sécurité de notre communauté, de sauvegarder ses frontières».

Le point de départ exact de l'intéressé n'a pas été précisé par l'ABF.

«L'homme a été interpellé par des officiers de l'unité antiterroriste» suite à «une anomalie dans son visa électronique», a déclaré un porte-parole. «Les recherches ont révélé qu'il était en possession de matériaux répréhensibles sur ses engins mobiles et d'objets interdits».

D'après le journal The Australian, il a été interrogé à son arrivée en France par les enquêteurs chargés des investigations sur les attentats de Paris.

Ces attentats, qui ont fait 130 morts et 350 blessés, ont été revendiqués par l'organisation État islamique (EI).

Depuis, les mesures de contrôle ont été renforcées en Australie vis à vis des ressortissants européens voulant se rendre sur le continent, en particulier contre les Français et les Belges.

Traditionnellement, l'Australie est plus souple quand il s'agit d'accorder des visas aux ressortissants de l'Union européenne qu'envers ceux d'autres pays.

Dans l'enquête sur les attentats qui ont frappé Paris, six assaillants été identifiés: cinq Français et le djihadiste belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud, inspirateur de plusieurs attentats ou projets d'attaques en Europe.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer