Des victimes, des histoires

Une femme se recueille devant le Bataclan, l'un... (PHOTO FRANCK FIFE, AFP)

Agrandir

Une femme se recueille devant le Bataclan, l'un des sites des attentats du vendredi 13 novembre, à Paris.

PHOTO FRANCK FIFE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Notre dossier spécial sur les attentats du 13 novembre à Paris. »

La majorité des victimes des attentats avaient moins de 40 ans. Si les victimes étaient pour la plupart françaises, des ressortissants d'une vingtaine de pays ont aussi perdu la vie dans ces attentats, principalement d'Europe. Au-delà des morts, la liste des victimes compilée par plusieurs médias français permet de constater que les attentats ont aussi fait de nombreux orphelins. Portraits.

Lola Ouzounian, 17 ans

La plus jeune victime des attentats de Paris avait 17 ans. Arménienne d'origine, Lola Ouzounian accompagnait son père au concert des Eagles of Death Metal, au Bataclan. Son père, Eric Ouzounian, a survécu. Sur les réseaux sociaux, il a livré un vibrant hommage à sa fille après avoir reçu la nouvelle qu'il redoutait tant. «On ne t'oubliera jamais, ma Lola, repose en paix. Je pleure, mais j'espère que d'en haut, tu nous surveilleras tous. Tu n'avais que 17 ans, mon ange, et tu étais mon amie.»

Jean-Jacques Amiot, 68 ans

À 68 ans, Jean-Jacques Amiot est peut-être la victime la plus âgée des attentats, mais il avait su rester jeune de coeur, rapportent ses proches. «Il aime sortir, il aime la musique», a relaté son frère, Patrick Amiot, en entrevue au Télégramme. Photographe, il dirigeait une entreprise de sérigraphie à Paris. «Il travaillait pour les artistes, les musiciens, les dessinateurs de bande dessinée, a ajouté son frère. L'univers de la musique, de la culture, ce monde du Bataclan, c'était son monde.»

Cirprian Calciu, 32 ans, et Lacramiora Pop, 29 ans

Cirprian Calciu et Lacramiora Pop avaient quitté leur Roumanie natale pour refaire leur vie en France. Leurs proches disent qu'ils voulaient assurer un meilleur avenir à leur petit garçon de 18 mois, rapporte le quotidien roumain Libertatea (Liberté), de Bucarest. La jeune femme était également mère d'une fille, née d'une union précédente. La soirée du 13 novembre s'annonçait festive. Le couple participait à l'anniversaire d'un ami sur la terrasse du bar La Belle Équipe quand ils ont été fauchés par les balles d'un djihadiste.

Hyacinthe Koma, 37 ans

Originaire du Burkina Faso, Hyacinthe Koma fêtait le 13 novembre son 37e anniversaire, son dernier. Serveur dans un restaurant du 19e arrondissement, Les Chics Types, il s'était rendu avec deux collègues de travail célébrer au bar La Belle Équipe. Les trois ont été tués quand l'un des commandos terroristes a ouvert le feu. Hyacinthe Koma était un grand partisan du Paris Saint-Germain, lui qui portait tout le temps leur maillot. Le club de football a offert ses condoléances à la famille Koma. Touchés par son histoire, les internautes se sont mobilisés pour couvrir les frais de ses funérailles: près de 22 000 euros ont été recueillis en quelques jours.

Stéphane Hache, 52 ans

Ce maître d'hôtel se trouvait chez lui quand les trois commandos djihadistes ont semé la mort dans Paris. Voilà, son chez-lui donnait directement sur l'arrière du Bataclan. Son corps a été découvert au lendemain des attentats quand des proches, inquiets de ne pas avoir de ses nouvelles, ont signalé sa disparition. Il semble avoir reçu une balle perdue qui a pénétré par la fenêtre de son studio.

Juan Alberto Gonzalez Garrido, 29 ans

Ce jeune Espagnol vivait depuis deux ans en France où il travaillait comme ingénieur au Centre national d'équipement nucléaire d'EDF à Montrouge. Le soir du 13 novembre, il assistait en compagnie de son épouse au spectacle des Eagles of Death Metal quand un commando djihadiste a fait irruption dans la salle de spectacle. Dans une déclaration transmise à la presse, sa femme, qui a survécu au drame, relate que le couple se trouvait au milieu de la salle quand les terroristes ont ouvert le feu sur la foule. Juan a été blessé mortellement par l'une de ces balles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer