Italie: important coup de filet contre le trafic de migrants

Des migrants patientent ai quai d'Augusta, en Sicile,... (PHOTO ANTONIO PARRINELLO, REUTERS)

Agrandir

Des migrants patientent ai quai d'Augusta, en Sicile, le 30 juin.

PHOTO ANTONIO PARRINELLO, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

Pour tout savoir sur la crise migratoire sans précédent qui perturbe l'Europe. »

Agence France-Presse
ROME

La police italienne a annoncé lundi avoir mené un vaste coup de filet contre un réseau de trafiquants de migrants dans tout le pays, grâce à l'aide d'un Érythréen, premier passeur étranger intégré au programme des repentis.

« Un réseau criminel dangereux dédié au trafic de migrant est démantelé, pas de répit pour les marchants de mort », s'est réjoui le ministre de l'Intérieur, Angelino Alfano, sur son compte Twitter.

Au total, 38 personnes - 25 Érythréens, 12 Éthiopiens et un Italien - soupçonnées d'avoir participé, à des degrés divers, au trafic de milliers de migrants, ont été arrêtées en Sicile, dans la région de Rome et dans le nord de l'Italie, selon un communiqué de la police.

Ces arrestations ont été rendues possibles par la décision d'un passeur érythréen de 32 ans, arrêté en 2014 en Sicile, de collaborer avec les enquêteurs à Palerme, en intégrant le programme de protection des repentis mis en place pour les mafieux.

« J'ai décidé de collaborer parce qu'il y a eu trop de morts », a-t-il déclaré selon les enquêteurs, en précisant que les migrants engloutis par la Méditerranée ne représentaient qu'une « petite partie » des victimes de ces périples.

Pour la première fois en Italie, il a fourni une description détaillée des activités criminelles de son groupe, un réseau aguerri implanté en Afrique du Nord, en Italie et dans d'autres pays européens, a expliqué la police dans son communiqué.

Il a aussi dressé un catalogue tragique des horreurs de l'organisation, qui n'hésitait pas à tuer ceux qui n'avaient pas suffisamment d'argent pour payer la traversée, afin de revendre leurs organes « à des trafiquants d'origine égyptienne », selon les enquêteurs cités par la presse italienne.

En Italie, leurs activités comprenaient aussi l'importation de khat, une drogue très répandue dans la Corne de l'Afrique, et l'organisation de nombreux mariages blancs, selon le communiqué.

Dans une parfumerie de Rome perquisitionnée en juin dans le cadre de l'enquête, les policiers ont ainsi retrouvé 526 000 euros et 25 000 dollars en liquide, ainsi qu'un registre répertoriant une grande partie des activités du réseau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer