Bono loue le rôle de la Turquie dans l'accueil des Syriens

« Je suis impressionné par la générosité du peuple... (IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO)

Agrandir

« Je suis impressionné par la générosité du peuple turc. C'est extraordinaire. C'est une leçon d'élégance », a déclaré Bono lors d'une rencontre avec le premier ministre turc Ahmet Davutoglu au Palais Cankaya, dans le centre d'Ankara.

IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

Pour tout savoir sur la crise migratoire sans précédent qui perturbe l'Europe. »

Agence France-Presse
ANKARA

Bono, le leader du groupe de rock irlandais U2, a estimé dimanche que l'accueil des réfugiés syriens par la Turquie était « une leçon pour le monde », selon une vidéo sur le site du premier ministre turc Ahmet Davutoglu après un entretien entre les deux hommes.

Alors que la Turquie s'apprête à accueillir à partir de lundi des migrants renvoyés de Grèce, selon les termes d'un accord avec l'Union européenne, Bono a salué la tolérance de la Turquie, qui accueille quelque 2,7 millions de Syriens.

« Je suis impressionné par la générosité du peuple turc. C'est extraordinaire. C'est une leçon d'élégance », a-t-il déclaré lors de cette rencontre au Palais Cankaya, dans le centre d'Ankara.

« Après des années de conflit [en Syrie], les gens sont bien accueillis dans chaque ville ou village », a-t-il précisé dans cette vidéo mise en ligne sur le canal YouTube du premier ministre, décrivant l'attitude de la Turquie comme « une leçon pour le monde ».

Le ministère turc des Affaires étrangères a vigoureusement démenti samedi les accusations d'Amnestie internationale selon lesquelles la Turquie renvoyait de force vers la Syrie une centaine de réfugiés par jour « Je suis certain que cela [l'accueil des réfugiés] est un fardeau, je suis certain que les gens en ont assez, mais ils ne renoncent pas », a ajouté Bono, qui a une longue histoire d'activisme en faveur des réfugiés en Afrique.

« Le monde doit comprendre à quel point c'est lourd et difficile pour le peuple turc », a-t-il encore dit.

M. Davutoglu, qui était accompagné de son épouse Sare, a assuré qu'il n'y avait jamais eu « la moindre protestation anti-Arabe, anti-Syrien ou anti-réfugié » depuis que la Turquie accueille des Syriens fuyant la guerre civile.

La Turquie doit commencer lundi à accueillir des centaines de migrants en provenance de Grèce, selon un schéma controversé: pour chaque admission en Turquie, un Syrien sera envoyé de Turquie vers l'UE.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer