Accueil de réfugiés: Ottawa demande la patience des provinces et des municipalités

La ministre de la Santé, Jane Philpott.... (PHOTO JUSTIN TANG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La ministre de la Santé, Jane Philpott.

PHOTO JUSTIN TANG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis 2015 des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Présidente du Comité spécial sur l'accueil des réfugiés syriens, la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, demande aux provinces et aux municipalités canadiennes de faire preuve de « patience » dans ce dossier.

« Je sais que tout le monde a très hâte d'avoir tous les détails de cet accueil. Et je sais que les Canadiens sont enthousiastes à l'idée d'aider. Plusieurs discussions sont en cours. Le plan détaillé sera diffusé d'ici quelques jours », a expliqué Mme Philpott en entrevue à La Presse ce matin.

Celle-ci se réjouit de voir que la majorité des maires et des premiers ministres du pays veulent s'impliquer et faire leur part et soutenir Ottawa dans son objectif d'accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici le 31 décembre. «Les Canadiens, tant les individus que les organismes, sont désireux de montrer ce que le Canada peut faire de mieux et nous y travaillons », affirme-t-elle.

Questionnée à savoir s'il est vrai qu'un premier groupe de 500 réfugiés arrivera début décembre au pays, Mme Philpott assure que « les dates spécifiques et le nombre de personnes qui arriveront n'ont pas encore été fixés ». «Mais on le saura très bientôt», dit-elle.

Mme Philpott affirme que son gouvernement s'est engagé à accueillir « les plus vulnérables », et non pas seulement des familles ou des enfants. «Il y a 12 millions de Syriens qui ont été déplacés de leur maison. On travaille à identifier les plus vulnérables », dit-elle, tout en assurant que cet accueil se fera sans compromettre la sécurité des Canadiens.

En ce qui concerne l'état de santé des réfugiés qui arriveront au Canada, la ministre Philpott estime que les systèmes de santé provinciaux seront capables de répondre à la demande. «Historiquement, la Syrie est reconnue comme ayant une population en bonne santé. Les problématiques que nous nous attendons à rencontrer sont liées aux cinq dernières années où le pays a été en guerre. Notamment, on doit s'attendre à offrir des soins en santé mentale », dit-elle.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer