La crise des réfugiés en Europe va durer «des années»

«Cette crise des réfugiés va durer un certain... (PHOTO KERSTIN JOENSSON, AP)

Agrandir

«Cette crise des réfugiés va durer un certain nombre d'années. Je n'ai pas l'illusion que ce que nous vivons en ce moment appartiendra rapidement au passé», a dit le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

PHOTO KERSTIN JOENSSON, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BERLIN

La crise des réfugiés en Europe va durer «un certain nombre d'années», a estimé jeudi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, assurant ne se faire «aucune illusion» sur le sujet.

«Cette crise des réfugiés va durer un certain nombre d'années. Je n'ai pas l'illusion que ce que nous vivons en ce moment appartiendra rapidement au passé», a-t-il dit au cours d'une conférence à Passau, dans le sud de l'Allemagne, retransmise sur l'internet par l'Union européenne.

«Nous devons dire aux gens que ce n'est pas quelque chose de passager, de provisoire, que nous devons vivre longtemps avec ce problème», a-t-il encore dit.

Reprenant une formule de la chancelière allemande Angela Merkel, M. Juncker a souligné qu'«en Europe nous devons arriver» à répondre à la crise migratoire, notant que rien que l'Afrique compte 8,5 millions de réfugiés qui peuvent vouloir venir en Europe.

L'Europe fait face à sa plus grave crise migratoire depuis des décennies, mais peine à y apporter une réponse commune.

Si l'Allemagne a ouvert ses portes à des centaines de milliers de migrants et appelé à une répartition non plafonnée des réfugiés dans l'UE, de nombreux pays y sont opposés.

La Hongrie a même bâti une clôture sur une partie de sa frontière pour empêcher les migrants fuyant la misère et la guerre de passer par son territoire pour atteindre l'Autriche puis l'Allemagne.

«Nous n'avons pas besoin de nouveaux murs en Europe (...) et certainement pas entre pays membres de l'UE», a souligné M. Juncker.

En visitant un centre d'accueil à Passau, à la frontière avec l'Autriche, M. Juncker s'est rendu dans l'un des principaux points d'entrée en Allemagne des migrants, notamment des Syriens fuyant la guerre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer