2000 réfugiés syriens au Québec d'ici la fin de l'année

La ministre de l'Immigration du Québec, Kathleen Weil... (Photo Francis Vachon, La Presse Canadienne)

Agrandir

La ministre de l'Immigration du Québec, Kathleen Weil

Photo Francis Vachon, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

(Québec) Les obstacles levés du côté d'Ottawa, le Québec accueillera environ 2000 réfugiés syriens d'ici la fin de l'année, a indiqué mardi la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil. Mais elle ignore si Québec atteindra son objectif de recevoir trois fois plus de migrants.

La ministre s'est montrée satisfaite de la décision de son homologue fédéral Chris Alexander, qui a annoncé samedi que le gouvernement fédéral va accélérer le traitement des demandes d'asile déposées par des réfugiés syriens. Le ministre conservateur sortant s'est engagé à augmenter le nombre d'agents chargés de traiter les demandes d'asile à l'étranger, comme l'avait demandé Québec.

Québec avait déjà approuvé 1000 dossiers de parrainage touchant environ 2000 réfugiés du conflit en Syrie. Ces cas étaient toutefois en attente, car les autorités fédérales tardaient à mener des vérifications de sécurité.

En haussant les effectifs dans ses installations de Winnipeg et dans l'ambassade canadienne au Liban, le ministère fédéral de l'Immigration devrait accélérer le traitement des demandes.

«D'ici la fin 2015, le gouvernement fédéral s'est engagé à traiter tous les dossiers du Québec qui sont en attente», a indiqué Mme Weil.

Québec s'est engagé il y a deux semaines à tripler le nombre de réfugiés provenant de la Syrie. Il souhaite en accueillir 3650 cette année au lieu de 1200.

Mme Weil n'a pas été en mesure de garantir que cet objectif sera atteint. Elle se dit optimiste, car des demandes de parrainage continuent d'affluer à son ministère.

«J'ai bon espoir qu'au fil des prochains mois, on pourra atteindre les objectifs qu'on s'est donnés», a-t-elle dit.

En campagne électorale, le premier ministre sortant, Stephen Harper, s'était montré réticent à accueillir davantage de réfugiés syriens. Il a mis en relief la menace sécuritaire que risque de poser l'arrivée de migrants provenant d'une zone de guerre où sévissent des groupes radicaux.

Est-ce le contexte électoral qui a forcé la main du chef conservateur?

«On a mis beaucoup de pression, a répondu la ministre Weil. On a été les premiers à sortir avec un objectif chiffré qui, semblait-il, était très crédible aux yeux du gouvernement fédéral.»

Le Parti québécois a appuyé les objectifs d'accueil du gouvernement Couillard. N'empêche, le député péquiste Maka Kotto s'est montré à moitié satisfait de l'annonce d'Ottawa, puisque les conservateurs refusent toujours d'accueillir davantage de réfugiés.

«Ce que je note, c'est qu'il n'y a pas eu une augmentation du nombre de réfugiés pris en charge», a-t-il souligné.

Le Canada a accueilli 2406 réfugiés syriens depuis janvier 2014 et 1106 depuis le début de 2015.

Du 1er janvier au 31 août 2015, le Québec a reçu 590 migrants, dont la très vaste majorité provenait du programme de parrainage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer