Migrants: le premier ministre slovaque refuse le «diktat» de l'UE sur les quotas

Le premier ministre slovaque, Robert Fico... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Le premier ministre slovaque, Robert Fico

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse
BRATISLAVA

Le premier ministre slovaque Robert Fico a déclaré qu'il n'accepterait pas de «diktat» de l'UE et préférait transgresser les règles européennes que d'implanter les quotas obligatoires décidés mardi à Bruxelles, selon un média.

«Je préfère plutôt faire face à une procédure de transgression contre la République slovaque que d'accepter ce diktat de la majorité qui n'était pas en mesure de faire passer sa position en se basant sur des arguments rationnels et de parvenir à un consensus au sein de l'UE», a déclaré M. Fico, cité par la chaîne d'information en continu de la télévision slovaque TA3.

Le premier ministre slovaque a fait cette déclaration peu après la réunion des ministres européens de l'Intérieur à Bruxelles sur la relocalisation de 120 000 personnes, malgré la ferme opposition des pays de l'Europe centrale.

À la veille du sommet de l'UE de mercredi, M. Fico n'a pas exclu de bloquer ce sommet extraordinaire des chefs d'État ou de gouvernement, concentré notamment sur l'aide à apporter aux pays tiers pour endiguer le flux de demandeurs d'asile, et qualifié de «dernière chance» par le HCR.

«Nous ne serons jamais pour les quotas obligatoires, même si nous devons être isolés dans notre position», a-t-il déclaré à la presse.

«Si quelqu'un pense qu'on peut nous faire peur, il se trompe», a-t-il ajouté.

La Slovaquie s'est opposée, avec plusieurs autres pays d'Europe de l'Est, dont la Pologne, la Hongrie et la République tchèque farouchement hostile à ce mécanisme de solidarité entre Européens face à une crise migratoire sans précédent.

La Pologne a changé de position à la dernière minute mardi et a voté pour l'accueil des réfugiés, pour pouvoir un jour compter sur la solidarité européenne, en cas d'escalade du conflit en Ukraine et de l'arrivée d'une éventuelle vague de réfugiés ukrainiens en Pologne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer