Américain arrêté par Pyongyang: une «gesticulation» de Kim Jong-Un, affirme Nikki Haley

L'Université des sciences et de la technologie de... (Photo Associated Press)

Agrandir

L'Université des sciences et de la technologie de Pyongyang (USTP), fondée par des évangélistes chrétiens étrangers, a ouvert ses portes en 2010 et compte un certain nombre d'enseignants américains. Les élèves sont généralement les enfants de l'élite.

Photo Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Séoul

L'arrestation d'un ressortissant américain par la Corée du Nord ce week-end est une tentative du leader du régime communiste Kim Jong-Un de montrer sa force, a estimé lundi l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley.

Kim Sang-Duk, également appelé Tony Kim, a été arrêté samedi à l'aéroport de Pyongyang alors qu'il s'apprêtait à partir après avoir enseigné pendant plusieurs semaines à l'Université des sciences et de la technologie de la capitale (USTP), a indiqué l'établissement.

Nikki Haley considère cette arrestation comme une tentative par le régime de Kim Jong-Un d'utiliser un Américain comme moyen de pression alors que les tensions sont au plus haut entre la Corée du Nord et la communauté internationale, en raison des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang.

«Nous sommes confrontés à un dirigeant qui gesticule», a-t-elle dit dans un entretien à la chaîne CBS. «Il essaie de montrer à son peuple qu'il a du pouvoir, que ce soit par sa rhétorique ou par ses actions».

Kim Sang-Duk est le troisième Américain actuellement détenu en Corée du Nord. Les autorités de Washington sont toujours en train de rassembler des informations à propos de ce dernier incident, a précisé Mme Haley.

«On veut toujours que chaque citoyen quitte le pays en vie et en bonne santé, et on veut s'assurer qu'ils sont bien traités», a-t-elle poursuivi, au sujet de la Corée du Nord. «Nous allons commencer par travailler sur ces points-là».

Mme Haley est restée vague sur les mesures envisagées par Washington dans ce dossier, mais elle a dit que les autorités américaines allaient essayer de pousser la Chine à maintenir la pression sur son allié nord-coréen.

L'université USTP, fondée par des évangélistes chrétiens étrangers, a ouvert ses portes en 2010 et compte un certain nombre d'enseignants américains. Les élèves sont généralement les enfants de l'élite.

Les raisons de l'arrestation de Kim Sang-Duk ne sont pas connues, mais elles n'ont «rien à voir avec le travail de l'USTP», a ajouté l'université dans un communiqué parvenu à l'AFP lundi.

L'ambassade de Suède à Pyongyang, qui s'occupe des questions concernant les ressortissants américains en l'absence de relations diplomatiques entre la Corée du Nord et les États-Unis, est «activement impliquée» dans des pourparlers, a déclaré Colin McCulloch, un directeur de l'université, sans autre précision.

L'ambassade de Suède comme le gouvernement sud-coréen se sont refusés à tout commentaire.

M. Kim est un ancien professeur de l'Université des Sciences et de la Technologie de Yanbian en Chine, proche de la frontière avec la Corée du Nord. D'après son site internet, il enseigne la comptabilité.

Selon l'agence sud-coréenne Yonhap, M. Kim est âgé de 55 ans et participait à des programmes d'aide à l'enfance dans des zones rurales de Corée du Nord.

Deux autres Américains étaient déjà détenus en Corée du Nord dans un contexte de relations glaciales avec les États-Unis.

Otto Warmbier, un étudiant de 21 ans, a été condamné l'an dernier à 15 ans de travaux forcés pour avoir volé du matériel de propagande. Kim Dong-Chul, un pasteur américano-coréen, est en prison pour espionnage.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer