Obama et Xi favorables à une réponse forte aux «provocations» de Pyongyang

Les présidents américain Barack Obama et chinois Xi... (Photo Steve Helber, archives AP)

Agrandir

Les présidents américain Barack Obama et chinois Xi Jinping, en septembre dernier, à Washington.

Photo Steve Helber, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le président américain Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping ont souligné vendredi la nécessité d'une réponse « forte » face aux « provocations » de la Corée du Nord, selon la Maison-Blanche.

Lors d'un entretien téléphonique visant à « coordonner les efforts » pour répondre à l'essai nucléaire du 6 janvier, les deux dirigeants ont réaffirmé qu'ils étaient favorables à une « dénucléarisation de la péninsule coréenne ».

Ils ont insisté sur « l'importance d'une réponse internationale forte et unie aux provocations de la Corée du Nord, en particulier à travers une résolution significative du Conseil de sécurité de l'ONU ».

L'exécutif américain n'a cependant donné aucune précision sur les contours possibles de cette résolution.

Le régime le plus fermé au monde a averti mardi de son intention de lancer prochainement une fusée transportant un satellite. La Corée du Nord assure que son programme spatial a des visées purement scientifiques, mais les États-Unis et leurs alliés y voient une couverture pour son programme de développement de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

Cette annonce constitue une surenchère de Pyongyang face à la communauté internationale, qui tente de durcir les sanctions contre le régime le plus isolé au monde.

Un test de missile balistique représenterait « un nouvel acte déstabilisateur et provocateur », ont souligné MM. Obama et Xi.

Le 6 janvier, Pyongyang avait claironné avoir testé avec succès une bombe à hydrogène. Si cette annonce a été accueillie avec beaucoup de scepticisme par les experts internationaux, cette explosion n'en a pas moins constitué le quatrième essai nucléaire du régime.

Le Conseil de sécurité avait réagi en promettant dans une déclaration adoptée à l'unanimité de ses 15 membres - dont la Chine, principal allié diplomatique de Pyongyang - d'alourdir l'arsenal de mesures de rétorsion contre Pyongyang.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer