Condamnés à mort en Indonésie: l'Australie joue son va-tout

Au terme d'un battage médiatique et diplomatique resté... (Photo Reuters)

Agrandir

Au terme d'un battage médiatique et diplomatique resté sans résultat jusqu'ici, l'Australie offre désormais d'assumer le coût financier de la détention si Jakarta renonçait à passer Andrew Chan et Myuran Sukumaran par les armes.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
SYDNEY

L'Australie a proposé jeudi de payer le coût de la détention de ses ressortissants condamnés à mort pour trafic de drogue en Indonésie si leur peine était commuée, espérant éviter le peloton à deux d'entre eux sur le point d'être exécutés.

Plusieurs étrangers, dont un Français, deux Australiens et des ressortissants du Brésil, des Philippines, du Ghana et du Nigeria ont été condamnés à mort en Indonésie et risquent d'être exécutés suite au rejet récent de leur demande de grâce présidentielle.

Au terme d'un battage médiatique et diplomatique resté sans résultat jusqu'ici, l'Australie offre désormais d'assumer le coût financier de la détention si Jakarta renonçait à passer Andrew Chan et Myuran Sukumaran par les armes.

Condamnés en 2006 pour avoir dirigé un réseau de trafiquants d'héroïne, les deux hommes ont été récemment tranférés dans une prison de l'île de Bali en vue de leur prochaine exécution.

«Le gouvernement australien serait prêt à couvrir les coûts de l'emprisonnement à vie de MM. Chan et Sukumaran si un transfèrement (dans une prison australienne) était impossible», a écrit la ministre des Affaires étrangères Julia Bishop dans une lettre à son homologue indonésien Retno Marsudi.

«Nous ne souhaitons pas que leur exécution fragilise les liens solides (entre l'Australie et l'Indonésie) que nous sommes parvenus à tisser après bien des années d'efforts», a-t-elle menacé.

L'Australie a déjà proposé, en vain, un échange de détenus.

Un ultime recours a été déposé devant la justice indonésienne par les avocats des deux Australiens. Une audience devait se tenir ce jeudi.

Le Français Serge Atlaoui, 51 ans, condamné à mort en 2007 pour trafic de drogue, a lui déposé un recours en révision. Lors d'une audience mercredi, un tribunal a rejeté la demande de la défense d'entendre des témoins, estimant qu'aucune preuve nouvelle n'était apportée.

Le tribunal a fixé une nouvelle audience le 25 mars, une formalité avant de transmettre le dossier à la Cour suprême. Celle-ci devra ensuite statuer sur la demande de révision du procès.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer