Pakistan: huit chiites tués dans une attaque contre leur bus

Au cours des deux dernières années, près de... (PHOTO: AFP)

Agrandir

Au cours des deux dernières années, près de 1000 chiites ont ainsi été tués, en particulier des membres de l'ethnie hazara, marquée par des traits asiatiques qui la rend plus facile à repérer par les extrémistes.

PHOTO: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Quetta

Huit musulmans de la minorité chiite ont été tués jeudi lors d'une attaque contre leur bus dans un marché en périphérie de Quetta, la capitale de la province pakistanaise du Baloutchistan (sud-ouest), en proie à des violences sectaires, a indiqué la police locale.

Cette attaque, perpétrée par deux hommes armés ayant pris rapidement la fuite, intervient à l'approche, ce week-end, du début du mois musulman de Mouharram, marqué par de nombreuses processions de la communauté chiite, cible régulière d'attaques par des extrémistes sunnites au Pakistan.

Jeudi matin, «neuf chiites de l'ethnie hazara étaient assis à l'arrière d'un minibus après avoir acheté des légumes dans un marché lorsque deux hommes ont ouvert le feu sur eux à l'arme automatique», a déclaré Imran Qureshi un haut responsable de la police locale.

«Huit chiites sont morts et un autre a été blessé», a-t-il ajouté, précisant que la majorité des victimes ont été tuées d'une balle dans la tête. Le chef de la police locale, Abdul Razzaq Cheema, a ensuite confirmé cette version des faits et le bilan.

Quelques heures après cette attaque, une bombe cachée dans une moto a explosé au passage d'un convoi de paramilitaires à Quetta, tuant au moins deux passants, et blessant une douzaine de personnes, selon les autorités.

La province du Baloutchistan est régulièrement endeuillée par des attaques de groupes sunnites radicaux contre la minorité chiite qui représente environ 20% de la population du Pakistan, géant de plus de 180 millions d'habitants.

Au cours des deux dernières années, près de 1000 chiites ont ainsi été tués, en particulier des membres de l'ethnie hazara, marquée par des traits asiatiques qui la rend plus facile à repérer par les extrémistes.

Début 2013, deux attentats à la bombe dans des quartiers hazaras avaient ainsi fait près de 200 morts à Quetta, attaques les plus meurtrières contre cette minorité dans l'histoire du Pakistan qui a convaincu nombre d'entre eux de quitter cette province instable.

Dans un rapport publié la semaine dernière, la Commission pakistanaise des droits de l'Homme (HRCP), un organisme indépendant, chiffre ainsi à 200.000 le nombre de chiites hazaras ayant fui le Baloutchistan au cours de la dernière décennie, pour trouver refuge dans des grandes villes du pays ou à l'étranger.

Et à l'approche du mois de Mouharram, marqué ces dernières années par des attentats antichiites, le Conseil de l'idéologie islamique, organe chargé de faire des recommandations aux parlementaires sur les questions religieuses, a condamné tout recours à la violence au nom de la religion.

«Le terrorisme et la violence au nom de la religion sont une violation des enseignements de l'islam... Il est non-islamique et condamnable de déclarer infidèle une branche de l'islam, et cela mérite même la mort», souligne le Conseil dans son «code de conduite».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer