L'Église catholique dénonce une «dictature» au Venezuela

Le Venezuela est déchiré par sa pire crise politique... (Photo Miraflores Palace/ via REUTERS)

Agrandir

Le Venezuela est déchiré par sa pire crise politique et économique depuis des décennies et les opposants au président Maduro manifestent presque chaque jour depuis trois mois pour exiger son départ.

Photo Miraflores Palace/ via REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CARACAS

L'Église catholique vénézuélienne a accusé vendredi le gouvernement du président socialiste Nicolas Maduro d'être une «dictature» qui sera renforcée avec l'élection le 30 juillet d'une Assemblée constituante.

«Il ne s'agit plus d'un conflit idéologique entre la droite et la gauche», mais d'«une lutte entre un gouvernement devenu une dictature et tout un peuple qui réclame la liberté», a déclaré devant la presse monseigneur Diego Padron, président de la Conférence épiscopale vénézuélienne.

Le pays sud-américain est déchiré par sa pire crise politique et économique depuis des décennies et depuis trois mois, les opposants au président Maduro manifestent presque chaque jour pour exiger son départ. Les violences autour de ces rassemblements ont fait 91 morts jusqu'à présent.

«Cette assemblée prévue pour fin juillet sera imposée par la force et le résultat sera l'inscription dans la Constitution d'une dictature militaire, socialiste, marxiste et communiste», a mis en garde vendredi monseigneur Padron, qui s'exprimait à l'ouverture de l'assemblée annuelle des évêques vénézuéliens.

Pour l'Église, dont les relations avec le gouvernement socialiste sont régulièrement tendues, la Constituante permettra «au gouvernement actuel de rester au pouvoir pour une durée illimitée et d'annuler tous les pouvoirs publics comme l'Assemblée nationale», unique institution contrôlée par l'opposition de centre droit.

Le président de la Conférence épiscopale a autorisé que tous les locaux appartenant à l'Église, à l'exception des lieux de culte, soient utilisés par l'opposition au moment du référendum qu'elle souhaite organiser, le 16 juillet, sur le projet de Constituante.

Souvent critiquée par le président Maduro pour ses prises de position jugées trop proches de l'opposition, l'Église avait joué les médiatrices lors d'une tentative de dialogue entre les deux camps fin 2016, qui avait échoué.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer