Rapide propagation du Zika à Porto Rico

Le virus Zika se propage rapidement à Porto Rico infectant potentiellement... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le virus Zika se propage rapidement à Porto Rico infectant potentiellement jusqu'à cinquante femmes enceintes par jour, accroissant le risque de malformations comme la microcéphalie du foetus, a indiqué jeudi un haut responsable sanitaire américain.

«Nous observons à Porto Rico une augmentation très rapide du taux d'infection... ce qui est préoccupant», a déclaré le Dr Tom Frieden, directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

«Nous pensons que chaque jour il y a des dizaines de cas --et potentiellement jusqu'à 50 nouveaux cas-- d'infection de femmes enceintes à Porto Rico par le virus Zika», a-t-il dit lors d'une conférence de presse par téléphone.

Estimant mercredi que «des milliers de Portoricaines attendant un enfant pourraient être infectées par le Zika», il avait encouragé ce territoire américain à mener des campagnes aériennes d'éradication des moustiques.

Selon les derniers chiffres des CDC, 2526 cas d'infections ont été recensés dans tous les territoires des États-Unis, dont Porto Rico, les iles Vierges et Samoa. C'est «une fraction du total», a relevé M. Frieden.

Plus de 1130 cas ont été répertoriés aux États-Unis, contaminés lors d'un voyage dans des pays ou région où l'infection est active, ou en ayant des relations sexuelles avec un voyageur infecté. Aucune transmission par moustique n'a été signalée aux États-Unis.

Selon les chiffres des CDC au 30 juin, il y a 320 cas de femmes enceintes infectées aux États-Unis et 279 dans les territoires américains. La plupart des grossesses sont en cours.

À ce jour, sept enfants sont nés aux États-Unis avec une malformation congénitale --pour la plupart une microcéphalie, caractérisée par un crâne et un cerveau trop petit-- et cinq femmes ont perdu leur enfant (fausse couche, avortement).

Pendant ce temps, le Congrès américain ne parvient pas à s'entendre sur les fonds requis par le président Barack Obama (1,9 milliard de dollars) pour répondre à cette menace de santé publique. Des experts médicaux ont prévenu de la nécessité d'agir sans tarder avec l'arrivée probable de moustiques porteurs du virus cet été aux États-Unis, surtout dans le sud du pays.

La majorité républicaine a proposé 1,1 milliard de dollars US , mais en assortissant cette enveloppe de conditions, comme de moindres financements pour la planification familiale «Planned Parenthood» prise pour cible par les conservateurs depuis des mois.

Mais le Congrès part en vacances d'été à la fin de la semaine prochaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer