Venezuela : journée cruciale pour le référendum anti-Maduro

Une partisane de l'opposition tient un écriteau miniature... (PHOTO Carlos Garcia Rawlins, REUTERS)

Agrandir

Une partisane de l'opposition tient un écriteau miniature où l'on peut lire en espagnol «je révoque!!!», en référence au référendum anti-Maduro que réclament 1,8 million de Vénézuéliens, lors d'une manifestation à Caracas, le 11 mai.

PHOTO Carlos Garcia Rawlins, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maria Isabel SANCHEZ
Agence France-Presse
CARACAS

Les opposants au président vénézuélien seront fixés jeudi en fin d'après-midi sur l'avenir du référendum pour révoquer Nicolas Maduro dans ce pays en plein chaos économique et politique, qu'ils estiment au bord de «l'explosion sociale».

Une réunion cruciale est prévue vers 15 h 30 (heure de Montréal) entre des représentants de la Table pour l'unité démocratique (MUD), coalition de centre-droit majoritaire au Parlement, et le Conseil national électoral (CNE).

Les autorités électorales doivent valider ou rejeter les 1,8 million de signatures recueillies et présentées par l'opposition en faveur du référendum.

Le Venezuela est sous tension depuis la victoire des anti-chavistes (du nom de l'ex-président Hugo Chavez, 1999-2013) aux législatives de décembre, une première en 17 ans.

Dans ce pays pétrolier à l'économie dévastée par la chute des cours, les habitants manquent de tout (farine, médicaments, etc.) et, désespérés, ont parfois recours aux lynchages et pillages.

Signe de la nervosité ambiante jeudi, quelques dizaines de manifestants qui criaient «ce gouvernement va tomber» près du palais présidentiel ont été dispersés avec des gaz lacrymogènes par des policiers et militaires déployés par centaines, a constaté l'AFP.

L'opposition, engagée dans un bras de fer avec le gouvernement socialiste, a mis en garde contre une «explosion sociale» si le référendum est retardé.

«La pression sociale au Venezuela atteindrait des niveaux insoupçonnés», a prévenu le vice-président du Parlement Enrique Marquez, pour qui seule cette «soupape» pourra faire retomber la température.

Alors que la MUD compte sur la rue pour faire pression, le niveau de mobilisation semble limité par le déploiement policier, les soucis du quotidien et les divisions de l'opposition.

Les anti-chavistes sont engagés dans un contre-la-montre : pour provoquer de nouvelles élections, ils doivent organiser cette consultation d'ici le 10 janvier 2017. Sinon, M. Maduro serait uniquement remplacé par son vice-président.

Si les autorités électorales, accusées de chercher à gagner du temps pour protéger le chavisme, valident jeudi 200 000 des signatures remises (le minimum requis), ce ne sera que le premier pas d'un long et fastidieux processus.

Pression internationale

Les premiers signataires seront appelés à confirmer en personne leur choix par empreinte digitale, puis la MUD devra rassembler 20% de l'électorat (près de quatre millions de voix) en trois jours pour avoir formellement le droit d'organiser le référendum.

Il faudra alors, pour écarter le dirigeant vénézuélien du pouvoir, dépasser son score obtenu en 2013 (7,5 millions de votes).

Le référendum révocatoire n'a été utilisé qu'une seule fois dans l'histoire du pays, contre l'ex-président Hugo Chavez en 2004 : il s'était soldé par un échec.

Cette fois, sept Vénézuéliens sur dix veulent voir partir le leader socialiste. L'opposition espère bien surfer sur ce mécontentement populaire.

«Il n'y a pas d'excuse, même dans le pire scénario possible, nous avons six fois plus de signatures que ce qu'exigeait le CNE!» a souligné Carlos Ocariz, maire d'opposition de l'arrondissement Sucre, dans Caracas.

Fatigués de faire la queue pendant des heures avant de trouver des rayons vides au supermarché, lassés des coupures d'électricité quotidiennes, irrités face à des services publics ne fonctionnant plus que deux jours par semaine, les habitants semblent avoir perdu patience.

Le niveau d'exaspération dans ce pays qui est l'un des plus violents au monde et l'attitude inflexible du gouvernement font craindre des débordements, deux ans après des manifestations ayant fait 43 morts.

Ces derniers jours, le camp du président Maduro a soufflé le chaud et le froid, accusant tantôt l'opposition d'avoir inclus les noms de 10 000 morts parmi les signataires proréférendum, tout en maintenant ouvert le dialogue avec l'opposition sous l'égide de médiateurs.

Une timide pression internationale se fait jour : l'Organisation des États américains (OEA) a prôné un «dialogue ouvert» entre l'opposition et le gouvernement pour trouver une solution «rapide» et «effective» à la crise politique.

Et après les préoccupations exprimées notamment par Washington et l'ONU, jeudi ce sont les présidents français et chilien, François Hollande et Michelle Bachelet, qui se sont montrés inquiets.

«Nous ne ménagerons pas nos efforts pour faire en sorte qu'au Venezuela, une solution puisse être trouvée pour que la crise (...) puisse être résorbée dans le cadre des procédures démocratiques et du respect du droit», a dit M. Hollande au côté de son homologue chilienne.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer