«Il faut rétablir la crédibilité du Brésil», dit le nouveau président Temer

Le président brésilien par intérim, Michel Temer... (PHOTO ANDRESSA ANHOLETE, AFP)

Agrandir

Le président brésilien par intérim, Michel Temer

PHOTO ANDRESSA ANHOLETE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BRASILIA

Le président brésilien par intérim Michel Temer a souligné jeudi «l'urgence de rétablir la crédibilité du Brésil», dans son premier discours public après la suspension de la présidente Dilma Rousseff.

Il est également «urgent de pacifier la nation et d'unifier le Brésil», a déclaré M. Temer, qui prend la tête d'un pays ébranlé par une crise politique historique et la pire récession économique depuis les années 1930.

«Mon premier mot au peuple brésilien sera le mot «confiance», confiance dans notre caractère, dans la vitalité de notre démocratie, dans la récupération de notre économie», a déclaré M. Temer après la cérémonie de prise de fonctions de son gouvernement.

Il est composé de 23 ministres, tous des hommes, contre 31 dans le dernier gouvernement Rousseff qui comprenait six femmes.

«Unis, nous pourrons relever les défis de ce moment de grandes difficultés. Il est urgent de pacifier la nation et d'unifier le Brésil, urgent de former un gouvernement de sauvetage national», a-t-il poursuivi.

M. Temer a insisté sur la nécessité de prendre des mesures pour rééquilibrer les comptes publics et remettre la septième économie mondiale sur la voie de la croissance.

«J'ai l'absolue conviction qu'il est nécessaire de regagner la confiance des investisseurs et des travailleurs», a ajouté M. Temer, dans ce discours à forte tonalité économique.

«L'emploi est fondamental», a-t-il souligné, 11 millions de ses compatriotes étant au chômage. «Mais il n'y aura des créations d'emploi que si l'économie fonctionne bien».

M. Temer a donné des gages aux populations les plus démunies du Brésil, promettant de ne pas toucher aux «programmes sociaux» mis en place par la gauche, en 13 ans de gouvernements du Parti des travailleurs (PT).

«Le Brésil est encore malheureusement un pays pauvre. Je le réaffirme, et en lettres capitales, nous allons préserver les programmes sociaux. Ce sont des projets qui ont bien fonctionné. Nous devons en finir avec cette habitude au Brésil, lorsqu'on assume le pouvoir, de détruire ce qu'on fait les gouvernements précédents», a-t-il dit.

M. Temer s'est en outre engagé à ne pas entraver l'enquête sur le gigantesque scandale de corruption Petrobras, qui éclabousse le PT mais aussi au plus haut niveau sa propre formation, le grand parti centriste PMDB.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer