Rupture d'un barrage minier: le Brésil réclame 55 milliards $

Un barrage minier avait cédé le 5 novembre... (PHOTO AFP)

Agrandir

Un barrage minier avait cédé le 5 novembre 2015, libérant une gigantesque coulée de boue qui avait totalement submergé un village, tuant au moins 17 personnes.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Sao Paulo

La justice brésilienne réclame 55 milliards de dollars (CAN) de dédommagements à la compagnie minière Samarco et à ses propriétaires, Vale et la société anglo-australienne BHP Billiton, pour qu'ils réparent «intégralement» les dommages sociaux, économiques et environnementaux causés par la catastrophe du Rio Doce.

«Le MPF (ministère public, ndlr) estime les réparations à 155 000 millions de reals, comme valeur initiale», déclare le ministère public dans un communiqué diffusé mardi.

Un barrage minier avait cédé le 5 novembre 2015, libérant une gigantesque coulée de boue qui avait totalement submergé un village de Minas Gerais, tuant au moins 17 personnes et forçant des centaines de personnes à partir, la pire catastrophe écologique qu'ait connu le pays.

Le ministère public demande également des dédommagements au gouvernement fédéral et aux États touchés - Minas Gerais et Espiritu Santo - considérant qu'ils ont été «négligents» dans le contrôle du barrage.

Pour chiffrer les dédommagements, le MPF a pris pour référence les dépenses engagées par British Petroleum (BP) pour réparer les dégâts provoqués par l'explosion de la plateforme pétrolière DeepWater Horizon dans le golfe du Mexique en 2010.

Afin de s'assurer du paiement, la justice a demandé également à ce que ni Samarco, ni Vale et BHP ne distribuent des bénéfices ou ne reçoivent d'aides publiques pour le moment.

Des centaines de kilomètres carrés ont été submergés par le tsunami de boue provoqué par la rupture du barrage, qui a traversé deux États brésiliens et s'est répandu jusqu'à l'océan Atlantique à travers le lit du fleuve Rio Doce, avec des conséquences désastreuses pour la vie quotidienne de milliers d'habitants, l'environnement et l'économie locale.

Sous l'effet de la coulée, des métaux lourds du fond du fleuve sont remontés à la surface, au dessus du niveau autorisé, obligeant les autorités à suspendre les activités de pêche.

Le gouvernement brésilien avait convenu d'un plan de réparation de 24,1 milliards de réals (7,74 milliards de dollars) avec Samarco, un montant considéré désormais comme insuffisant par la justice.

Après l'annonce des poursuites judiciaires, l'action de BHP Billiton chutait mercredi de 7%.

«BHP Billiton reste engagé pour aider Samarco dans la reconstruction de la communauté et la restauration de l'environnement touché par la rupture du barrage», a déclaré la compagnie anglo-australienne dans un communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer