Bolivie: test de paternité lundi pour le président Evo Morales

Evo Morales... (PHOTO AP)

Agrandir

Evo Morales

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LA PAZ

La justice bolivienne a cité à comparaître le président Evo Morales afin qu'il se soumette lundi à un test ADN pour confirmer s'il est ou non le père du petit garçon de son ex-compagne Gabriela Zapata, un feuilleton qui tient le pays en haleine depuis des mois.

«Il est prévu de pratiquer la preuve par un examen ADN entre l'enfant et le citoyen demandeur Evo Morales Ayma (...) le lundi 25 avril», selon la décision d'une juge révélée dimanche par le journal Página Siete.

Cet examen doit avoir lieu à la demande des avocats d'Evo Morales, qui conteste cette paternité.

La juge en charge de l'affaire a requis pour le même jour la présence de Gabriela Zapata - en détention préventive depuis fin février sous l'accusation d'enrichissement illicite - et celle de l'enfant, «pour opérer des prélèvements de médecine légale».

Gabriela Zapata avait affirmé il y a dix jours avoir présenté à la justice leur fils, dont l'existence est mise en doute par le chef de l'Etat. «Oui, je l'ai présenté devant l'autorité compétente, comme l'a demandé son père», avait-elle déclaré à la presse à l'occasion d'une comparution devant la justice pour demander sa remise en liberté.

La presse avait révélé en février que le président de gauche, 56 ans, et la jeune femme, âgée de 28 ans, avaient eu une relation il y a dix ans et qu'un enfant en était né. M. Morales l'a d'abord reconnu, expliquant qu'on lui avait dit que l'enfant était mort à la naissance. L'exécutif a ensuite changé de version, affirmant que l'enfant n'avait jamais existé.

Jusqu'à récemment, Gabriela Zapata était responsable commerciale de l'entreprise de BTP chinoise CAMC, qui a signé des contrats pour quelque 560 millions de dollars avec l'Etat bolivien.

Evo Morales est célibataire et père d'un garçon et d'une fille nés de mères différentes. Discret sur sa vie privée, il dit être «marié à la Bolivie». Sa soeur aînée remplit les fonctions de Première dame.

M. Morales est le premier président amérindien de la Bolivie. Il a été élu pour la première fois en janvier 2006. Mais les Boliviens ont rejeté lors d'un référendum en février sa demande de pouvoir briguer un quatrième mandat après 2020.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer