Revers pour « El Chapo » dans sa bataille pour éviter l'extradition

Joaquin « El Chapo » Guzman était considéré comme le narcotrafiquant... (PHOTO REBECCA BLACKWELL, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Joaquin « El Chapo » Guzman était considéré comme le narcotrafiquant le plus puissant du monde.

PHOTO REBECCA BLACKWELL, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MEXICO

Le baron mexicain de la drogue Joaquin « El Chapo » Guzman a subi jeudi un revers dans sa bataille pour s'opposer à son extradition vers les États-Unis, ont annoncé les autorités mexicaines.

Un tribunal mexicain a rejeté l'appel de Guzman tentant d'invalider un mandat d'extradition vers les États-Unis sollicité par le gouvernement mexicain, indiquent les autorités judiciaires dans un communiqué.

Le tribunal a mis en avant plusieurs irrégularités et un manque d'éléments dans la demande formulée par les avocats de celui qui fut considéré comme le narcotrafiquant le plus puissant du monde, et se trouve désormais incarcéré dans la prison de haute sécurité d'Altiplano, près de Mexico.

Les avocats ont lancé au moins deux recours contre son extradition, selon un fonctionnaire de justice interrogé par l'AFP.

Un des avocats du chef du cartel de Sinaloa avait toutefois indiqué début mars que Guzman voulait accélérer son extradition devant la dureté de ses conditions de détention.

Guzman avait été arrêté en janvier après six mois de cavale lors d'une opération des forces spéciales de la Marine mexicaine dans l'État de Sinaloa, fief du baron de la drogue.

El Chapo s'était échappé en juillet 2015 de sa cellule par le biais d'un tunnel de plus d'un kilomètre, infligeant un sérieux camouflet au gouvernement de Enrique Pena Nieto, qui s'était jusqu'alors opposé à son extradition vers les États-Unis.

El Chapo est sous le coup de deux demandes d'extradition par des tribunaux au Texas et en Californie pour homicides et trafic de drogue.

Les autorités mexicaines ont indiqué que son processus d'extradition pourrait prendre au moins un an.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer