Bolivie: le gouvernement assure que le fils d'Evo Morales est mort

Evo Morales... (PHOTO AP)

Agrandir

Evo Morales

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Las Paz

Le gouvernement bolivien a assuré mardi que le fils du président Evo Morales et de son ex-compagne Gabriela Zapata, détenue dans le cadre d'une enquête pour trafic d'influence, était mort et a fait appel à la justice pour trancher cette affaire.

«Nous sommes absolument convaincus que, malheureusement, cet enfant est décédé», a déclaré lors d'une conférence de presse le ministre de la Défense Reymi Ferreira, qui fait office de porte-parole.

La presse a révélé au début du mois que le président de gauche, aujourd'hui âgé de 56 ans, et Gabriela Zapata, 28 ans, avaient eu une relation il y a dix ans et qu'un enfant en était né. Evo Morales l'a reconnu, expliquant qu'on lui avait dit que l'enfant était mort et qu'il avait alors perdu le contact avec son ex-compagne.

Mais une tante de Mme Zapata a récemment affirmé que l'enfant était bien vivant, et qu'il avait aujourd'hui entre 8 à 9 ans.

Gabriela Zapata est responsable commerciale de l'entreprise de BTP chinoise CAMC qui a signé des contrats pour 560 millions de dollars environ avec l'État bolivien.

Elle a été placée samedi en détention provisoire après son arrestation la veille dans le cadre d'une enquête pour trafic d'influence. Mme Zapata est soupçonnée par le parquet d'«enrichissement illicite» et de «complicité de trafic d'influence».

Le ministre Reymi Ferreira a indiqué que le recours à un juge pour enfants devrait permettre de démentir la version de la famille de Gabriela Zapata, selon laquelle le garçon serait vivant.

«Un recours a été présenté devant le juge pour enfants qui stipule que, dans un délai de cinq jours, la personne poursuivie (Gabriela Zapata) ou sa famille, présentent le mineur» devant la justice, a expliqué M. Ferreira.

«En ce moment, tout le monde dit que c'est la vérité (que l'enfant est vivant) et l'on traite le président de menteur», a regretté le ministre de la Défense.

Le recours à la justice vise «à mettre un terme à cette incertitude afin de dissiper les doutes et voir qui ment», a-t-il conclu.

Le président a demandé lundi à la famille de son ex-compagne de rencontrer son fils, s'il était bien vivant, alors qu'il le croyait mort jusqu'à présent.

Morales est le premier président amérindien de la Bolivie. Il a été élu pour la première fois en janvier 2006 et effectue actuellement son troisième mandat.

Mais les Boliviens ont rejeté lors d'un référendum la semaine dernière sa demande de pouvoir briguer un quatrième mandat, ce qui lui permettrait en cas de réélection de rester encore au pouvoir de 2020 à 2025.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer