L'ouragan Joaquin s'éloigne des côtes américaines

Reste que si les États-Unis vont être épargnés... (IMAGE AFP/NASA)

Agrandir

Reste que si les États-Unis vont être épargnés par le coeur de Joaquin, ils vont néanmoins recevoir ses pluies abondantes qui pourraient entraîner d'importantes inondations dans des régions déjà très arrosées ces derniers jours.

IMAGE AFP/NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lededra MARCHE, Fanny ANDRE
Agence France-Presse
FREEPORT et Washington

L'ouragan Joaquin a perdu en intensité vendredi, avec des vents soufflant jusqu'à 205 km/h sur les Bahamas, et son centre s'éloignait de la côte est des États-Unis, qui restait menacée par des inondations tandis qu'un cargo en difficulté n'a pas donné de nouvelles depuis jeudi matin.

L'ouragan se déplaçait vers le nord-est à une vitesse de 11 km/h et continuera à avancer dans cette direction ce week-end, selon le dernier bulletin du Centre américain de surveillance des ouragans (NHC).

Joaquin a été retrogradé en catégorie 3 --sur une échelle de 5-- et les conditions météorologiques caractéristiques des ouragans ne devraient pas atteindre de côtes, a conclu le NHC basé à Miami.

Les garde-côtes américains ont indiqué dans un tweet «poursuivre leurs recherches» pour retrouver le cargo El Faro, avec 33 personnes à bord. Vingt-huit Américains et cinq Polonais se trouvent à bord.

Le bateau, qui reliait Jacksonville (Floride) à San Juan (Porto Rico), n'a plus donné de nouvelles depuis jeudi matin, quand il a mentionné une perte de propulsion et une entrée d'eau, alors maîtrisée. Il faisait état d'une gîte de 15 degrés.

«Il y a plusieurs raisons pouvant expliquer la perte de communication, et parmi elles la hausse de l'intensité» de Joaquin, qui était encore classé tempête tropicale lors du départ d'El Faro, a expliqué dans un communiqué Tim Nolan, président de la compagnie propriétaire du bateau.

Joaquin avait ensuite été classé en catégorie 4, devenant l'ouragan le plus puissant de la saison dans l'Atlantique, qui dure de juin à novembre. Il a avancé pendant plusieurs jours en parvenant à masquer sa future trajectoire, faisant craindre une arrivée à pleine vitesse sur les terres américaines, mais sans emplacement précis.

Mais dans son dernier point sur la situation, le NHC confirme que Joaquin s'éloigne désormais des côtes américaines. Autre indication de la direction prise par l'ouragan: une surveillance pour une tempête tropicale a été mise en place sur l'archipel des Bermudes, situé en plein milieu de l'océan Atlantique et au nord-est de l'ouragan. Ce système d'alerte a été retiré pour l'île de Cuba, à l'ouest de Joaquin.

Inondations soudaines

Reste que si les États-Unis vont être épargnés par le coeur de Joaquin, ils vont néanmoins recevoir ses pluies abondantes qui pourraient entraîner d'importantes inondations dans des régions déjà très arrosées ces derniers jours.

Les autorités se sont mises en alerte sur quasiment toute la façade atlantique, depuis la Géorgie (sud-est) jusqu'à New York (nord-est).

Des météorologues locaux faisaient part vendredi soir d'inondations dans certaines villes de Caroline, comme Whiteville (Caroline du Nord) à l'intérieur des terres ou Little River (Caroline du Sud) sur la côte.

Le président américain Barack Obama est tenu informé de la situation et des préparatifs mis en oeuvre sur la côte Est.

Les commerces se préparaient en barricadant leur pas-de-porte avec des planches, tandis que des habitants faisaient provision d'eau, de lait et d'autres fournitures essentielles.

Pour l'heure, l'ouragan est arrimé aux Bahamas jusqu'à samedi, mais son envergure reste telle que de fortes pluies devraient arroser également une partie de Cuba ainsi qu'Haïti, la République dominicaine et les îles Turques-et-Caïques, selon le NHC.

«Ces chutes de pluie pourraient entraîner des inondations soudaines potentiellement meurtrières», a-t-il prévenu.

Les seules Bahamas devraient recevoir jusqu'à 63,5 cm de pluie cumulée et pourraient subir une montée des eaux «très dangereuse et potentiellement mortelle» jusqu'à 3,60 mètres au-dessus du niveau normal de la marée haute.

Les écoles ont été fermées aux Bahamas, des vols suspendus et les croisières à destination de l'archipel touristique ont modifié leurs trajets.

Selon les autorités bahaméennes, aucune victime n'est à déplorer, mais des maisons ont été détruites, des centaines de personnes sont privées d'électricité et des inondations sévissent.

Des alertes aux inondations soudaines ont été mises en place dans de nombreux États américains. Les gouverneurs du Maryland, de Caroline du Nord, du New Jersey et de Virginie ont déclaré l'état d'urgence ces derniers jours, ce qui leur permet de mobiliser davantage de ressources.

C'est le troisième ouragan de la saison dans l'Atlantique, qui dure de juin à novembre, et il est le plus puissant par la force de ses vents.

La tempête Erika a été la plus destructrice jusqu'à présent cette année. Elle a fait en août une trentaine de morts et causé de nombreux dégâts en particulier sur la petite île de la Dominique.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer