Mexique: des proches à la recherche des 43 étudiants disparus

Des témoins ont vu des dizaines d'étudiants emportés... (Photo AFP)

Agrandir

Des témoins ont vu des dizaines d'étudiants emportés dans des voitures de police après les événements sanglants qui ont fait vendredi six morts et 25 blessés, et lors desquels des policiers et des hommes armés avaient tiré sur des bus les transportant.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurent THOMET
Agence France-Presse
IGUALA DE LA INDEPENDENCIA

Les parents angoissés de 43 étudiants mexicains disparus font du porte-à-porte dans la ville d'Iguala et ses environs avec les photos des élèves-enseignants dont ils sont sans nouvelle depuis de violents affrontements avec la police la semaine dernière.

Appuyés par des détachements de soldats et de policiers, ils sillonnent la zone à travers la végétation à hauteur de poitrine, dans les ravins, les maisons abandonnées et les villages voisins de cette ville de l'État de Guerrero, au sud du Mexique, partout où les étudiants ont été vus pour la dernière fois.

Des témoins ont vu des dizaines d'étudiants emportés dans des voitures de police après les événements sanglants qui ont fait vendredi six morts et 25 blessés, et lors desquels des policiers et des hommes armés avaient tiré sur des bus les transportant.

Les autorités suspectent des agents de police liés à des groupes de narcotrafiquants, provoquant l'inquiétude grandissante des familles des 43 disparus, dans un pays où les violences liées au crime organisé ont fait plus de 80 000 morts et 20 000 disparus depuis 2006.

«Les recherches ont lieu dans des endroits connus de la population pour être des lieux à haut risque, contrôlés ou dominés d'une manière ou d'une autre par le crime organisé», explique Manuel Olivares, coordinateur des organisations de défense des droits de l'homme du Guerrero, un État en proie à la violence.

Les familles espèrent toujours retrouver les leurs vivants, mais selon Olivares elles cherchent tout de même dans des endroits où les gangs enterrent habituellement les corps de leurs victimes.

Neuf proches qui frappent aux portes autour d'Iguala se sont séparés en trois groupes de trois, accompagnés chacun par une vingtaine de militaires et de policiers.

«Bonjour, nous cherchons des parents qui ont disparu le week-end dernier. Nous espérons que vous pouvez nous aider en nous donnant des informations», dit à deux éleveurs de porcs Meliton Ortega, un cultivateur de maïs qui cherche son neveu de 17 ans.

«On ne sait rien en dehors de ce qui s'est dit dans les médias», répond Epifanio Romualdo, 53 ans. Il prend une affichette, promettant d'appeler au numéro indiqué s'il entend parler de quoi que ce soit.

«On les veut de retour vivants»

On continue, porte après porte, transpirant sous le plein soleil à travers les collines avec toujours la même réponse partout : «Nada» (rien).

«Nous allons chercher jusqu'à ce qu'ils réapparaissent», affirme à l'AFP Epifanio Alvarez, un fermier qui cherche son fils de 19 ans.

Les autorités judiciaires du Guerrero ont procédé à l'arrestation de 22 policiers municipaux accusés d'avoir tiré sur trois bus de transport public pris d'assaut par les étudiants, faisant trois morts parmi eux.

Les officiers de police sont aussi accusés d'avoir tiré sur un bus transportant une équipe de football de troisième division et sur un taxi à la périphérie d'Iguala, tuant trois autres personnes. Selon les autorités, un gang criminel a aussi été impliqué dans les tirs.

Les étudiants de l'école normale d'Ayotzinapa, près de Chilpancingo, capitale du Guerrero, disent qu'ils étaient venus à Iguala pour lever des fonds pour leurs études.

Un mandat d'arrêt a également été lancé contre le maire d'Iguala, Jose Luis Albarca, et son responsable de la sécurité pour leur possible implication dans les violences. Ils sont maintenant recherchés par la police et considérés comme fugitifs.

Selon Olivares, les autorités du Guerrero «ont perdu beaucoup» de temps avant de commencer les recherches. L'État offre maintenant une récompense d'environ 60 000 euros pour toute information permettant de localiser les disparus.

Certains responsables pensent que les étudiants se cachent par peur de représailles. Mais les familles n'y croient guère.

«Nous n'avons pas pris un moment de repos depuis que nous avons commencé à chercher le week-end dernier», raconte Ortega. «Ils ont été pris vivants, nous les voulons de retour vivants.»

Jeudi, des milliers de manifestants ont repris ce mot d'ordre lors d'une marche à Chilpancingo, en exigeant des autorités des réponses sur le sort des disparus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer