Les 82 lycéennes de Chibok libérées rejoignent un centre éducatif

Début mai, 82 lycéennes ont été libérées contre... (Photo Afolabi Sotunde, archives REUTERS)

Agrandir

Début mai, 82 lycéennes ont été libérées contre des prisonniers après de longues négociations.

Photo Afolabi Sotunde, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Abuja

Les 82 lycéennes de Chibok, libérées début mai des mains du groupe islamiste Boko Haram, ont rejoint mardi un centre à Abuja, où elles pourront poursuivre leur éducation, mais ne retourneront pas chez elle, plus de trois ans après leur enlèvement.

Accueillies par la ministre pour les Affaires familiales, Aisha Alhassan, les 82 jeunes filles ont rejoint leurs 24 autres camarades déjà libérées ou retrouvées au cours de l'année.

Elles semblaient joyeuses de retrouver leurs anciennes camarades d'école et en bonne santé, a rapporté une journaliste de l'AFP.

La ministre a expliqué qu'elles resteraient dans ce centre, dans la capitale, Abuja, où elles recevront un soutien psychologique et une attention médicale, jusqu'en septembre.

À la rentrée scolaire de septembre, elles seront envoyées dans des écoles «à travers le Nigeria», et non pas à Chibok, d'où elles sont originaires.

«Mais si l'une d'elles veut retourner chez ses parents, nous l'autoriserons», a assuré Mme Alhassan. «Nous ne gardons personne ici sans son consentement.»

En avril 2014, 276 jeunes filles âgées de 12 à 17 ans avaient été enlevées à Chibok. 57 avaient réussi à s'échapper juste après.

Cet enlèvement de masse avait provoqué une vague d'indignation mondiale, relayée sur Twitter sous le mot-clic bringbackourgirls.

Début mai, 82 lycéennes ont été libérées contre des prisonniers après de longues négociations, 21 autres avaient été libérées en octobre 2016 avec l'aide du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et de la Suisse et trois ont été retrouvées au cours des 12 derniers mois.

Plus de 100 sont toujours aux mains du groupe islamiste.

Le gouvernement du Nigeria a été critiqué pour avoir gardé les lycéennes entre ses mains et avoir limité l'accès des parents à leurs enfants.

«Les autorités devraient indiquer aux familles si les filles sauvées sont en détention préventive ou détenues comme suspectes,» a récemment déclaré l'ONG Human Rights Watch.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer