L'ONU veut 2500 soldats supplémentaires au Mali

Le Conseil de sécurité doit étudier ce renforcement... (PHOTO ALOU SISSOKO, AFP)

Agrandir

Le Conseil de sécurité doit étudier ce renforcement de la MINUSMA et un allongement de son mandat lors d'un vote prévu le 29 juin.

PHOTO ALOU SISSOKO, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Nations unies

Les Nations unies demandent 2500 soldats et policiers supplémentaires pour renforcer leur mission au Mali, devenue l'une des plus dangereuses.

La mission de l'ONU au Mali (MINUSMA) a aussi besoin de moyens aériens et de forces de réaction rapide après une série d'attaques meurtrières qui ont fait 12 morts au cours du seul mois de mai, a précisé jeudi le porte-parole de l'ONU Stephane Dujarric.

Le Conseil de sécurité doit étudier ce renforcement de la MINUSMA et un allongement de son mandat lors d'un vote prévu le 29 juin.

«Il est évident que la sécurité en plusieurs endroits du Mali se détériore. Le personnel de l'ONU l'a payé de son sang», a déclaré M. Dujarric.

«Nous parlons de forces de réaction rapide, de moyens aériens, de soldats supplémentaires spécialisés dans les convois hautement sécurisés», a-t-il détaillé.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon propose d'ajouter 2049 soldats et 480 policiers à la MINUSMA, qui compte déjà 12 000 personnes.

Il demande notamment une force de réaction rapide de 650 soldats, une unité aérienne de 85 personnes et le déploiement de forces spéciales à Tombouctou et à Kidal pour le renseignement et la surveillance.

Une équipe spéciale de 30 policiers serait basée à Bamako pour soutenir cet effort.

Dans un rapport transmis cette semaine au Conseil de sécurité, Ban avait indiqué que la mission au Mali avait besoin d'une unité d'hélicoptères d'attaque, de véhicules blindés pour le transport de troupes et d'hélicoptères de transport.

Le chef de l'ONU avait aussi souligné la nécessité de développer le partage de renseignement.

Déployée depuis juillet 2013, la MINUSMA utilise déjà des drones pour protéger ses bases.

Un Casque bleu chinois et trois civils travaillant pour l'ONU au Mali ont été tués dans une double attaque mardi soir à Gao, dans le nord du pays. L'assaut a été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Aqmi a aussi revendiqué deux attaques à Bamako ces 15 derniers mois: celle de mars 2015 contre un bar qui a fait cinq morts et celle de novembre contre l'hôtel Radisson Blu qui a tué 20 personnes dont 14 étrangers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer