L'organisateur de la chasse de «Cecil le Lion» jugé de nouveau

L'organisateur de safaris Theo Bronkhorst a été arrêté... (Photo Zinyange Auntony, archives AFP)

Agrandir

L'organisateur de safaris Theo Bronkhorst a été arrêté pour une seconde fois dans une affaire de traffic d'antilopes.

Photo Zinyange Auntony, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BEITBRIDGE, ZIMBABWE

Le chasseur professionnel zimbabwéen qui avait organisé le safari fatal au célèbre lion Cecil a de nouveau comparu mardi devant la justice dans une affaire de trafic d'antilopes, à Beitbridge dans le sud du Zimbabwe.

Theo Bronkhorst, 52 ans, avait été arrêté la semaine dernière pour son implication dans l'exportation illégale de 29 hippotragues noirs (Hippotragus niger), une antilope rare et menacée d'Afrique australe.

Mercredi dernier, les charges retenues contre lui avaient été levées, mais de nouvelles charges ont conduit à son arrestation ce lundi, et à sa comparution mardi pour «complicité de trafic» et «transport illégal d'animaux». 

Bronkhorst a été maintenu en détention mardi après le refus de sa demande de libération sous caution. Il est soupçonné d'avoir aidé trois Sud-Africains, arrêtés pour avoir cherché à exporter vers leur pays les hippotragues, d'une valeur totale de 340 000 euros (500 000 $ CAN).

Theo Bronkhorst, chasseur professionnel zimbabwéen, est devenu célèbre depuis qu'il est accusé d'avoir organisé la traque du lion Cecil, près du parc national de Hwange, pour son riche client américain Walter Palmer, qui a abattu le félin avec un arc le 1er juillet. L'Américain avait payé 55 000 dollars US pour le permis de chasse.

La mort de Cecil, qui portait en outre un collier GPS car il était suivi dans le cadre d'un programme d'études scientifiques, a provoqué un tollé dans le monde auprès des défenseurs des animaux.

M. Bronkhorst, dont le procès dans l'affaire de la mort de Cecil est prévu pour le 28 septembre devant le tribunal de Hwange, est dans cette affaire en liberté provisoire après avoir payé une caution de 1 000 dollars US.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer