Rougeole en RDC: l'ONU débloque 2,4 millions de dollars

L'épidémie actuelle de rougeole survient après une grande... (Photo FEDERICO SCOPPA, archives AFP)

Agrandir

L'épidémie actuelle de rougeole survient après une grande épidémie de 2011, qui avait tué plus de 1000 enfants.

Photo FEDERICO SCOPPA, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KINSHASA

Les Nations unies ont déclaré mercredi à Kinshasa avoir débloqué un montant de 2,4 millions de dollars pour lutter contre l'épidémie de rougeole qui a fait depuis janvier plus 300 morts dans la province du Katanga, dans le sud-est de la République démocratique du Congo.

«J'ai approuvé un financement de 2,4 millions de dollars (2,15 millions d'euros)» afin d'aider les acteurs humanitaires et gouvernementaux à «faire face à l'épidémie» de rougeole, a déclaré Mamadou Diallo, coordinateur des actions humanitaires en RDC, lors d'une conférence de presse.

Le Bureau de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha) a indiqué vendredi que l'épidémie avait fait près de 320 morts et contaminé plus de 20 000 personnes.

Actuellement, environ un tiers des zones concernées au Katanga est couvert par un programme de vaccination. L'ONU et les ONG avaient évalué à 2,4 millions de dollars, le coût des opérations de prévention, dont la vaccination, nécessaire pour endiguer la propagation.

«La progression rapide de l'épidémie de rougeole menace toute la province du Katanga», d'autant que la maladie gagne des «zones rurales particulièrement difficiles d'accès», s'était alarmée vendredi l'ONG française Alima (Alliance pour l'action médicale internationale).

Craignant «des milliers de morts», Alima jugeait «urgent que les autorités sanitaires, les bailleurs mobilisent plus de moyens financiers, matériels et humains pour répondre rapidement à cette épidémie majeure».

«Nous devons multiplier les centres de prise en charge dédiés à la rougeole, et mener des campagnes de vaccination de masse», avait insisté l'ONG.

L'épidémie actuelle de rougeole survient après une grande épidémie de 2011, qui avait tué plus de 1000 enfants. En 2013, le Katanga avait recensé près de 9400 cas de rougeole, contre plus de 12 000 l'année suivante.

Selon Ocha, les zones frappées par la rougeole sont également touchées par la malnutrition et le choléra. Or, «chez les populations fortement touchées par la malnutrition et qui ne bénéficient pas de soins de santé adéquats, jusqu'à 10% des cas de rougeole sont mortels», indique le site de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

«La plupart de ces décès sont dus aux complications de la maladie», comme les encéphalites, les diarrhées sévères ou encore les infections respiratoires graves comme la pneumonie, précise l'OMS.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer