Crise malienne: adoption d'un document, base d'un futur accord de paix

Le ministre des Affaires étrangères malien, Abdoulaye Diop... (Photo archives AFP)

Agrandir

Le ministre des Affaires étrangères malien, Abdoulaye Diop

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ALGER

Bamako et les représentants des groupes armés maliens ont accepté «comme une base solide» un document de négociation comportant des éléments d'un accord de paix, a indiqué jeudi le ministère algérien des Affaires étrangères.

Un troisième round de négociations s'est ouvert mardi à Alger avec l'objectif d'amener la paix dans le nord du Mali, toujours instable malgré une intervention militaire internationale lancée en 2013 contre les islamistes.

Le gouvernement malien et six mouvements armés du Nord ont signé en juillet à Alger une feuille de route pour des négociations de paix. Ils s'étaient engagés début septembre dans un deuxième tour de pourparlers qui s'est achevé après trois semaines de discussions n'ayant permis aucune avancée notable.

«Dans leurs commentaires préliminaires, les parties ont rendu hommage à l'équipe de médiation pour la qualité du document présenté et l'ont accepté comme une base solide pour l'élaboration d'un accord de paix, ce qui constitue en soi une avancée significative dans le processus de réalisation de la paix au Mali», a indiqué le ministère dans un communiqué cité par l'agence APS.

Ce document a été établi sur la base des propositions présentées par les parties lors de la phase de négociation ayant eu lieu en septembre dans le cadre des quatre groupes de négociations thématiques relatifs aux questions politiques et institutionnelles, défense et sécurité, développement économique, social et culturel et réconciliation, justice et affaires humanitaires, selon la même source.

Il tient compte également des préoccupations exprimées par la société civile et les représentants des communautés du Mali en septembre.

«Les parties sont convenues, à ce titre, d'approfondir l'examen des propositions (...) pour y apporter leurs contributions conformément au calendrier de travail prévoyant la poursuite du processus à la mi-novembre», a précisé le ministère.

Le nord du Mali a été occupé pendant plusieurs mois en 2012 par des groupes djihadistes qui en ont été chassés, en grande partie, par une opération militaire française début 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer