Nigeria: une nouvelle attaque de Boko Haram fait 60 morts

Les violences dans l'État de Borno ont forcé... (PHOTO REUTERS/STRINGER)

Agrandir

Les violences dans l'État de Borno ont forcé plusieurs familles de la région à fuir pour trouver refuge souvent dans des camps comme celui-ci à Mararaba, en banlieue d'Abuja.

PHOTO REUTERS/STRINGER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Kano, Nigeria

L'attaque de la ville de Bama, dans le nord-est du Nigeria, par des combattants du groupe islamiste Boko Haram a fait 60 morts et causé d'importantes destructions dans les édifices publics, a indiqué jeudi la police.

«Nous comptons les morts et le nombre des victimes s'élève à 60 morts (...), mais le bilan pourrait être encore plus lourd», a déclaré le chef de la police régionale, Lawal Tanko, à propos de l'attaque de mercredi, soulignant que les bombardements de l'aviation nigériane en représailles avaient provoqué d'«énormes» pertes dans les rangs des insurgés.

Bama, ville d'environ 300 000 habitants, est située à une soixantaine de kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'État de Borno et le fief historique de Boko Haram, dont l'insurrection a fait plusieurs milliers de morts depuis son début en 2009.

Selon des habitants, les assaillants sont entrés à bord de camions mercredi à l'aube, avec des armements lourds mettant le feu partout et lançant des explosifs dans divers édifices, entrainant la fuite des civils dans la brousse.

«Les assaillants ont causé d'énormes destructions dans les bâtiments publics, incendiant notamment le siège du gouvernement local» ainsi que le domicile du plus haut dignitaire religieux de la région, a ajouté le chef de la police de l'État de Borno.

La riposte de l'aviation visait à détruire la base des assaillants dans la capitale de l'État, Maiduguri, quelque 60 km plus loin, et les chasseurs de l'armée ont bombardé les hommes de Boko Haram en fuite.

«Je ne peux dire le nombre de tués parmi les assaillants, mais le chiffre est énorme», a-t-il dit.

Le chef du groupe radical islamiste Boko Haram, Abubakar Shekau, a menacé de lancer des attaques dans la région pétrolière du sud du Nigeria, dans une vidéo visionnée par l'AFP mercredi.

«Vous, dirigeants du Delta du Niger, vous allez bientôt voir vos raffineries détruites», déclare-t-il dans cette vidéo de 28 minutes. Jusqu'à présent, Boko Haram est principalement actif dans le nord du Nigeria, région majoritairement musulmane.

Le Nigeria est le premier producteur de pétrole d'Afrique.

Le chef de Boko Haram a lancé nombre de menaces par vidéo depuis 2012 dont plusieurs n'ont pas été suivies d'effet, et il n'est pas certain que son mouvement soit en mesure de mener des opérations au-delà de son fief du nord-est.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer