Centrafrique: au moins 50 morts dans les violences

Plus de 1000 personnes ont perdu la vie... (Photo SIEGFRIED MODOLA, Reuters)

Agrandir

Plus de 1000 personnes ont perdu la vie en décembre et près d'un million de personnes ont été forcées de fuir leur résidence après que Michel Djotodia, un leader rebelle soutenu par des guerriers islamistes, se fut emparé du pouvoir en mars dernier.

Photo SIEGFRIED MODOLA, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BANGUI

Le parlement centrafricain doit élire lundi un nouveau président de transition, qui devra tenter de pacifier un pays livré à une spirale de violences sanglantes où au moins 50 corps ont été découverts dans le nord-ouest depuis vendredi.

Parallèlement, l'Union européenne devrait approuver l'envoi lundi d'au moins 500 soldats européens en Centrafrique, en soutien aux 1600 soldats français de l'opération Sangaris et aux 4400 de la force africaine (Misca).

L'élection lundi du président par le Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire) doit permettre de combler le vide laissé par la démission contrainte du président Michel Djotodia le 11 janvier, accusé par la communauté internationale de n'avoir rien fait pour arrêter les tueries interreligieuses.

Sur les 24 candidatures déposées, seules huit ont été validées par le CNT. Parmi les principaux candidats figurent notamment l'actuelle maire de Bangui, Catherine Samba Panza, ainsi que Sylvain Patassé et Désiré Kolingba, respectivement fils des présidents Ange-Felix Patassé, au pouvoir de 1993 à 2003, et André Kolingba, de 1981 à 1993.

Autre personnalité retenue, Émile Gros Raymond Nakombo, banquier proche de l'ex-président Kolingba, qui avait reçu le soutien de plusieurs centaines de manifestants rassemblés à Bangui vendredi.

Les parlementaires avaient fixé des critères draconiens d'éligibilité excluant beaucoup de monde : les responsables politiques sous Djotodia, les chefs de partis, les militaires d'active et ceux ayant appartenu à une milice ou à une rébellion ces 20 dernières années.

Lundi matin, chaque candidat aura 10 minutes pour présenter sa «profession de foi» aux parlementaires avant leur vote à bulletin secret. La Constitution provisoire prévoit un seul tour de scrutin, le candidat arrivé en tête étant élu.

La présidente en exercice du CNT, Léa Kouyassoum Doumta, a indiqué «qu'aucun membre du CNT ne fera partie du gouvernement qui verra le jour après l'élection» du président.

À Bangui, les patrouilles internationales restaient très présentes dans les rues dimanche, avec un dispositif renforcé pour désamorcer d'éventuelles tensions à l'approche de l'élection, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le nouvel élu aura la lourde tâche de pacifier le pays, de remettre une administration totalement paralysée en état de marche et de permettre aux centaines de milliers de déplacés de rentrer chez eux.

Au moins 50 corps découverts dans le nord-ouest

Un mois et demi après le début de l'intervention française, la situation sécuritaire dans la capitale, où la plupart des soldats français sont stationnés, s'améliore progressivement, malgré des explosions sporadiques de violences.

Mais dans un pays de plus de 600 000 km2, se déployer dans les zones reculées reste compliqué et les témoignages d'habitants et d'ONG décrivent une situation chaotique et largement hors de contrôle.

La Croix rouge internationale (CICR) et la Croix rouge centrafricaine ont découvert au moins 50 corps dans la région située entre Bossembélé, Boyali et Boali, dans le nord-ouest du pays, a annoncé dimanche le CICR dans un communiqué.

Les violences intercommunautaires se sont multipliées depuis vendredi dans ces localités situées sur l'axe entre Bangui et la frontière camerounaise.

«Une bonne partie de la population, dénuée de toute protection et exposée aux représailles, a fui dans la brousse. Nous sommes extrêmement préoccupés par leur sort», a déclaré Georgios Georgantas, le chef de la délégation du CICR cité dans le communiqué.

«Seigneurs de guerre»

Samedi, des violences ont également été signalées dans d'autres localités du nord et de l'ouest. «Je lance un cri d'alarme. Nous sommes terrorisés», a déclaré à l'AFP un habitant de Sibut, à 160 km au nord de Bangui : «Les Séléka (combattants de M. Djotodia) règnent en seigneurs de guerre dans la ville», a-t-il dit.

À Boali, à 90 km au nord-ouest de Bangui, des centaines de musulmans étaient réfugiés dans la paroisse Saint-Pierre après des affrontements meurtriers entre Séléka et anti-balaka, des miliciens hostiles à M. Djotodia.

Le défi auquel sera confronté le nouveau président - même s'il devrait bénéficier du soutien de la communauté internationale - est immense dans ce pays très pauvre et enclavé d'Afrique centrale, au grand potentiel minier et forestier, qui a connu des années de rébellions et de coups d'État.

Le président François Bozizé, chassé en mars 2013 par la Séléka, mouvement rebelle dirigé par Djotodia, était lui-même arrivé au pouvoir 10 ans plus tôt par un coup d'État.

Pour arrêter l'implosion du pays, le nouveau président aura peu de temps : selon le calendrier de la transition, des élections générales doivent être organisées au plus tard au premier semestre 2015, la France souhaitant qu'elles se tiennent avant la fin 2014.

Des combattants tuent 19 adultes et 3 enfants

Des assaillants armés ont tendu une embuscade à un convoi de musulmans fuyant la violence en République centrafricaine, tuant au moins 22 personnes et faisant plusieurs blessés, a rapporté, dimanche, l'organisme humanitaire Save the Children. Trois enfants figurent parmi les morts.

Le porte-parole Mike McCusker a déclaré que les médecins avec qui le groupe est en communication avaient fait un récit troublant de l'attaque sanglante, racontant que les combattants avaient d'abord lancé des grenades pour arrêter le convoi avant de foncer sur leurs victimes avec des fusils automatiques, des machettes et des matraques.

L'assaut est survenu vendredi près de Bouar, une ville située dans une région éloignée du nord-ouest du pays. Il montre que les troupes africaines et françaises de maintien de la paix n'ont pas encore atteint ces zones reculées, où la violence fait rage sans que personne n'en rende compte, a indiqué le directeur de Save the Children en République centrafricaine, Robert Lankenau.

M. McCusker a pour part expliqué que l'organisme avait été mis au courant de cet incident seulement en raison de ses contacts au sein de l'hôpital local et a émis l'hypothèse que ce type d'attaque était peut-être fréquent, mais jamais rapporté. Il a ajouté que la majorité des 40 000 habitants de Bouar s'étaient réfugiés dans des mosquées ou des églises pour échapper aux combats.

L'histoire de la République centrafricaine a été marquée par de nombreux coups d'État et dictatures. Plus de 1000 personnes ont perdu la vie en décembre et près d'un million de personnes ont été forcées de fuir leur résidence après que Michel Djotodia, un leader rebelle soutenu par des guerriers islamistes, se fut emparé du pouvoir en mars dernier.

M. Djotodia a démissionné de la présidence il y a une semaine sous la pression de la communauté internationale, inquiète de son incapacité à mettre un terme aux hostilités entre chrétiens et musulmans qui, selon certains observateurs, pourraient virer au génocide.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer