Le tout Nouveau Testament: conte pour adultes

Le cinéaste Jaco Van Dormael tournant une scène... (PHOTO FOURNIE PAR CLIMAX FILMS)

Agrandir

Le cinéaste Jaco Van Dormael tournant une scène du film Le tout Nouveau Testament.

PHOTO FOURNIE PAR CLIMAX FILMS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Jaco Van Dormael (Le huitième jourToto le héros) a toujours choisi la vie. Dans son long métrage Le tout Nouveau Testament, présenté en lever de rideau du FNC, c'est encore plus vrai. Pendant que Dieu rend la vie infernale sur Terre, sa fille se révolte et part à la recherche de ses propres apôtres en leur annonçant la date de leur mort. La mort qui change... la vie!

Dieu existe et il habite à Bruxelles, mais s'attaquer à lui (Benoît Poelvoorde) comme vous le faites, c'est un sujet assez délicat, non? On y apprend qu'il n'avait pas qu'un fils, Jésus-Christ, mais aussi une femme (Yolande Moreau) et une fille, Ea (Pili Groyne)?

Le rôle des femmes dans la Bible est très effacé. C'est un livre écrit par des hommes pour des hommes. C'est assez amusant de dire que la fille de Dieu a 10 ans et que c'est une adolescente révoltée.

Vous poussez la logique plus loin en faisant de nombreuses références à la religion dans ce conte filmique pour adultes. C'était la trame au départ?

Même si je ne crois pas en Dieu, j'ai une éducation catholique. Ce sont des choses que j'ai apprises à l'école. C'est comme adapter Don Quichotte ou Alice au pays des merveilles dans un contexte contemporain. Dans ce cas-ci, c'est de savoir ce qu'on fait de notre vie si on connaît la date de notre mort. Chaque minute, chaque seconde doit avoir un goût particulier.

Dans la vie moderne, la mort, c'est quelque chose qui n'est pas pour nous, qui est lointain. À savoir sa venue, il semble que ça change tout?

Oui, c'est vrai qu'on a tendance à se comporter comme des immortels parfois. On vit et on travaille pour demain. La fille de Dieu vient nous dire que le paradis n'existe pas, que c'est, en fait, la vie que nous vivons. Si vous n'en faites rien, de votre vie, c'est peine perdue.

Ce n'est pas la première fois que vous travaillez avec des enfants, vous aimez ce point de vue?

J'aime bien travailler avec les enfants et j'aime les personnages d'enfant. Ce sont des rebelles. Ils n'ont pas encore été éduqués ou cassés. C'est l'âge des premières fois. Ils ont une interprétation un peu surréaliste du monde, mais elle n'est pas plus fausse que celle des adultes.

En cela, c'est un regard qui ressemble à celui de l'artiste, non?

Oui et c'est un regard que partage chacun des personnages du film. On les montre enfants et ils restent des enfants qui ont grandi.

Ce n'est pas un regard angélique?

Je ne crois pas. C'est assez acide. L'humour permet d'aller plus loin, même quand ça fait mal. Tous ces personnages sont des perdants magnifiques qui finiront par vivre des amours improbables.

Au-delà de cela, on est devant un message assez positif, du moins qui prône l'action des personnages.

C'est exactement ça: arrêtez d'avoir une vie de merde, quoi! Vous avez le choix. Faites autre chose. Tentez la vie que vous vous imaginez.

Le personnage d'Ea a quelque chose d'Amélie Poulain, non?

C'est un personnage christique, oui, comme Amélie et plusieurs autres dans le genre. Jean-Pierre Jeunet et moi sommes proches, même au niveau stylistique. Il y a une parenté que j'aime bien, comme avec Terry Gilliam aussi.

Est-ce que le monde est prêt à recevoir un Nouveau Testament qui ne serait pas une religion, vous croyez?

Vaut mieux pas de religion. Mais je suis certain que si le pape voyait le film, il rirait bien.

Vous demeurez un optimiste, vous êtes du côté de la lumière plutôt que de l'ombre?

Même si on n'a pas d'explication à savoir pourquoi on est sur une Terre qui tourne autour du Soleil, la vie reste formidable. C'est un cadeau, quoi!

Vous vous êtes fait un cadeau avec Catherine Deneuve dans la peau d'une des apôtres. Ça prend du culot pour faire en sorte qu'elle embrasse un gorille dans le film?

C'est elle qui a eu du culot. C'est une femme extraordinaire. Elle a accepté le rôle et elle est excellente comédienne. Catherine n'a peur de rien et n'a surtout pas la langue dans sa poche.

Mais c'est une icône du cinéma français, tout de même.

Oui, mais elle veut élargir son champ des possibles, elle veut abandonner cette image. Elle est formidable dans le film en femme délaissée qui préfère un gorille à son mari, homme d'affaires.

Enfin, quels sont vos nouveaux projets?

Là, je suis en pleine répétition au théâtre avec Cold Blood. Nous viendrons vous présenter la pièce en janvier à l'Usine C.

Le tout Nouveau Testament sera présenté en ouverture du FNC, le 7 octobre, et prendra l'affiche le 9 octobre.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer