Le grand retour d'Oprah Winfrey

Oprah Winfrey n'avait pas été en ondes sur... (Photo Evan Agostini, Associated Press)

Agrandir

Oprah Winfrey n'avait pas été en ondes sur un grand réseau depuis la fin de son émission quotidienne, il y a six ans.

Photo Evan Agostini, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Six ans après la fin de son émission quotidienne, la célèbre animatrice Oprah Winfrey effectuait son retour hier soir sur un grand réseau de télévision, à l'émission 60 Minutes.

Son objectif: rien de moins que tenter de recoller les morceaux d'une Amérique divisée par l'élection de Donald Trump. Ironie du sort, son premier reportage était présenté à la suite du match de la NFL au cours duquel des joueurs ont protesté contre les propos du président américain. Retour sur un moment de télévision qui a fait jaser.

Une discussion enflammée

Pour sa première collaboration, Oprah Winfrey s'est rendue dans la ville de Grand Rapids, au Michigan, un État pivot à l'élection américaine. Dans son reportage, intitulé Divided, elle réunissait 14 Américains «ordinaires», dont la moitié avait voté pour Donald Trump. L'animatrice les a fait réagir sur plusieurs sujets: la personnalité du président, son utilisation de Twitter, sa gestion des émeutes de Charlottesville, le rôle de la Russie lors de la dernière élection, etc. Parfois cacophonique, le segment de 15 minutes présenté à la fin de l'émission illustrait à quel point la conversation entre les pro et les anti-Trump est difficile. Plusieurs participants ont confié craindre une guerre civile. Une jeune femme se décrivant comme une républicaine depuis sa naissance a raconté que son père avait fait pression sur elle pour qu'elle vote pour Donald Trump, et qu'elle avait dû prendre ses distances avec sa famille pendant un certain temps. Un autre a affirmé «aimer le président chaque jour un peu plus». Seul consensus de la soirée: tout le monde s'est entendu pour dire que le président Trump devrait se tenir loin de Twitter. Quant à Oprah, elle n'a pas changé de style pour 60 Minutes: elle avait le même ton bienveillant et n'a jamais perdu le contrôle de la discussion.

Pour son premier segment à l'émission 60 Minutes, Oprah Winfrey a... (Photo tirée du compte Instagram de 60 minutes) - image 2.0

Agrandir

Pour son premier segment à l'émission 60 Minutes, Oprah Winfrey a réuni 14 Américains «ordinaires», dont la moitié avait voté pour Donald Trump.

Photo tirée du compte Instagram de 60 minutes

Les réactions

Présente sur Twitter durant la diffusion, Oprah Winfrey a peu commenté son reportage, mais les réactions à son retour étaient plutôt favorables sur le réseau social. Rappelons que l'animatrice avait décliné l'offre de 60 Minutes il y a quelques années, préférant se consacrer au lancement de sa chaîne câblée OWN. Elle a raconté avoir changé d'idée en novembre dernier. C'était trois semaines après l'élection, et l'animatrice, qui possède aussi son propre magazine, avait réuni des lectrices pro-Trump et pro-Clinton dans le cadre d'une table ronde pour son mensuel O. L'animosité était telle que certaines refusaient de s'asseoir l'une à côté de l'autre. Après une heure, a-t-elle confié en entrevue à Vogue, elle a senti la pression baisser, et «au bout de deux heures trente, [elle aurait] vraiment pu les faire chanter Kumbaya en choeur». C'est à ce moment qu'elle a réalisé que cette discussion aurait fait une excellente émission de télévision. C'est ce qui l'a décidée à relancer l'équipe de 60 Minutes.

La reine des entrevues

Oprah Winfrey a été à la barre de son émission quotidienne The Oprah Winfrey Show durant 25 ans. Elle estime avoir réalisé autour de 37 000 entrevues. À l'exception d'un entretien avec Michelle Obama diffusé en décembre dernier sur le réseau CBS, on ne l'avait pas vue à une grande chaîne télé depuis septembre 2011.

L'institution 60 Minutes

Le magazine d'information dominical entreprend sa 50saison et célébrera son demi-siècle d'existence en 2018. Au fil des ans, il a vu passer certains des journalistes les plus mythiques des États-Unis: Dan Rather, Morley Safer, Christiane Amanpour, Diane Sawyer, Mike Wallace, Anderson Cooper. Certaines de ses entrevues - pensons à celle de l'ancien conseiller du président Steve Bannon il y a quelques semaines - font encore l'événement dans les médias américains.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer