Exclusif

David La Haye largue Mirador pour HBO

C'est une bien bonne et une très mauvaise nouvelle à la fois. Bien bonne, parce... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est une bien bonne et une très mauvaise nouvelle à la fois. Bien bonne, parce que David La Haye a décroché un rôle costaud dans la minisérie historique Lewis & Clark de la chaîne américaine HBO. Très mauvaise, parce que l'acteur québécois a dû plaquer - bien malgré lui - l'équipe de Mirador, à quelques jours du début du tournage.

Le retrait soudain de David La Haye, alias le relationniste Luc Racine, roi de la réplique assassine de l'agence Mirador, a plongé les producteurs (Sphère et Encore Télévision) ainsi que le diffuseur (Séries+) dans le pétrin, me chuchotent des espions bien informés. Le désistement de La Haye a été officialisé jeudi.

«Nous sommes très déçus. C'était important pour nous d'avoir tous les comédiens de Mirador. Nous avons eu de longues discussions. Comme nous avions promis une suite aux téléspectateurs, nous avons décidé de le remplacer. Mirador, ça dépasse David La Haye. Nous croyons encore à cette série-là», a commenté le relationniste de Séries+, Michaël Majeau.

Sous la houlette du réalisateur Louis Choquette, des auditions s'enclenchent aujourd'hui pour trouver un successeur à David La Haye, qui formait, avec Gilles Renaud et Patrick Labbé, le premier trio de la télésérie Mirador.

Quand Séries + a confirmé, à la fin du mois de juin, la résurrection de Mirador, tous les comédiens originaux, dont David La Haye, avaient pourtant validé leurs disponibilités afin d'entrer en studio à la fin d'août ou au début de septembre.

La production de Mirador a décalé une première fois les horaires de travail pour permettre à David La Haye d'y participer. Mais voilà, le tournage de Lewis & Clark, qui a démarré dans le sud de l'Alberta à la mi-juin, a été très cahoteux, provoquant la démission du réalisateur John Curran. Au début du mois d'août, HBO a même dû stopper la fabrication de sa minisérie, sans fournir de date de reprise des activités. Tous les acteurs ont ainsi été mis en attente.

Résultat? Séries+ ne peut plus reporter la mise en chantier de Mirador et les retards accumulés sur Lewis & Clark forcent David La Haye, 49 ans, à abandonner l'émission québécoise. Aussi plate que ça. Plusieurs tentatives d'accommodement ont été proposées. Rien n'a fonctionné.

Le générique de Lewis & Clark réunit de grands noms de Hollywood. Brad Pitt et Tom Hanks figurent parmi les producteurs et l'acteur Edward Norton a signé plusieurs pages du scénario.

David La Haye n'a pas commenté nos informations, hier. Son agente, Nathalie Duchesne, a renvoyé nos questions à Séries +.

Basée sur une histoire vraie, la minisérie Lewis & Clark met en vedette Casey Affleck (Gone Baby Gone) et Matthias Schoenaerts (De rouille et d'os), qui se glissent respectivement dans la peau des explorateurs américains Meriwether Lewis et William Clark.

Ces deux chefs d'expédition, mandatés par le président Thomas Jefferson, ont quitté l'Illinois en mai 1804 pour atteindre le Pacifique en novembre 1805. Ce long voyage leur a permis de tracer une carte plus précise de l'Ouest américain et de récolter de précieuses informations sur les populations autochtones.

Dans Lewis & Clark, David La Haye interprète le marchand français François Labiche et s'est fait pousser une gigantesque barbe pour ce rôle. David La Haye sera des six épisodes que compte la minisérie. Deux autres comédiens québécois font également partie de l'épopée. Peter Miller campe le chasseur et traducteur George Drouillard tandis que Martin Dubreuil enfile le costume du marchand borgne et expert navigateur Pierre Cruzatte.

Séries+ traverse présentement le même type de crise que Radio-Canada a affrontée, au printemps 2013, quand Suzanne Clément s'était retirée d'Unité 9 après une courte saison.

Mais comme Mirador a quitté les ondes de Radio-Canada en novembre 2011, le personnage coloré de Luc Racine est moins frais dans la mémoire des téléspectateurs que celui de la prisonnière Shandy Galarneau, qui avait fait une entrée fracassante dans les salons de centaines de milliers de Québécois. La transition vers le nouvel interprète devrait s'accomplir plus doucement.

Sinon, il faudrait peut-être mandater une firme de relations publiques pour faire avaler le changement aux fans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer