Plusieurs femmes accusent Bill Cosby de viol

Face au scandale, plusieurs médias ont renoncé à... (Photo: archives AP)

Agrandir

Face au scandale, plusieurs médias ont renoncé à faire venir Bill Cosby dans leurs émissions.

Photo: archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne RENAUT
Agence France-Presse
Washington

Avec sa barbe poivre et sel, le comédien américain Bill Cosby affiche la bonhomie d'un vieil homme de 77 ans qui aime toujours faire rire mais qui fait face aujourd'hui à des accusations de viols qui lui valent d'être boudé par la télévision.

«N'essayez pas d'être drôle sans rire, parce qu'on va vous rejeter», s'amuse l'acteur, familier d'un humour bon enfant, dans une vidéo diffusée sur son site, pour inciter les internautes à y enregistrer leurs rires.

Né le 12 juillet 1937 d'un père alcoolique souvent absent et d'une mère surmenée, Bill Cosby s'est fait surtout connaître en incarnant le sympathique père de famille de la série télévisée à succès Cosby Show (1984-1992), née il y a trente ans sur NBC.

La série met en scène une famille noire et aisée de Brooklyn à New York, où il interprète le rôle d'un gynécologue, Heathcliff Huxtable.

Mais son image lisse de célèbre acteur de la télévision américaine est aujourd'hui ternie par des accusations de viols et d'agressions sexuelles, qui remontent à plusieurs années.

Barbara Bowman l'a accusé d'agressions sexuelles quand elle était adolescente en 1985. Selon la presse américaine, 13 femmes l'accusent de faits similaires et proposent de témoigner contre lui.

Dimanche, l'une d'elle Joan Tarshis l'a accusé de l'avoir droguée et violée en 1969.

Peu d'entre elles ont toutefois porté plainte à l'époque, peut-être intimidées par l'aura du personnage.

«Je n'ai pas appelé la police parce que je n'avais que 19 ans à l'époque. J'avais peur et je pensais que personne ne me croirait. (...) (Bill Cosby) c'était monsieur Amérique», a expliqué mercredi sur CNN Mme Tarshis.

Le refus de Bill Cosby de parler de l'affaire samedi sur la radio publique NPR a encore accru le scandale.

Son avocat John P. Schmitt a indiqué que son client ne réagirait pas à de «vieilles allégations sans fondement».

«Il ment si bien»

Face au scandale, plusieurs médias ont renoncé à faire venir l'acteur dans leurs émissions.

La chaîne NBC, qui avait contribué à sa gloire avec le Cosby Show, a annoncé mercredi qu'elle abandonnait un projet de nouvelle série où devait jouer Bill Cosby.

Le service de vidéo en ligne Netflix a reporté une émission qui lui était dédiée, tandis que CBS a annulé son apparition dans une émission.

Bill Cosby est au centre de l'attention des médias depuis qu'un comédien, Hannibal Buress, l'avait qualifié de «violeur» lors d'un spectacle le mois dernier à Philadelphie, ville natale de l'acteur.

Bill Cosby a grandi dans cette ville de l'est des États-Unis, avant de rejoindre comme son père la Marine, profitant de ses permissions pour jouer la comédie.

Un de ses professeurs aurait dit de lui: «William devrait devenir un avocat ou un acteur parce qu'il ment si bien».

Bill Cosby se marie en 1964 avec Camille, avec qui il a 4 filles et un fils, qui sera assassiné en 1997.

L'acteur intègre pour la première fois une série à grande écoute dans I Spy (1965-1968), où il incarne un agent de la CIA. Avant de connaître la gloire avec le Cosby Show.

Le comédien n'a pas voulu pour autant se servir de cette série, une des premières à mettre en scène une famille entièrement noire, pour promouvoir les droits de sa communauté.

Bill Cosby «a introduit l'idée qu'un comédien noir n'avait pas besoin de faire de la comédie sur la question raciale ou des commentaires politiques pour réussir. Et des gens l'ont critiqué pour cela», explique le journaliste Mark Whitaker auteur de la biographie Cosby (Simon and Schuster, septembre 2014).

L'acteur est aussi considéré comme «l'un des plus grands avocats de la moralité noire», affirme le journaliste Ta-Nehisi Coates dans le magazine The Altantic.

Bill Cosby appartient à des courants noirs «conservateurs, sans pour autant se bercer d'illusions sur le passé de l'Amérique», explique M. Coates. «Ils pensent que ce pays est raciste, sans doute irrémédiablement, mais affirment que l'effort individuel peut (le) vaincre».

L'acteur a ainsi été très critiqué après un discours en 2004 dans lequel il accusait les parents noirs d'être trop laxistes avec leurs enfants.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer