Wall Street poursuit son repli

«On voit une lassitude s'installer», a commenté Chris... (Photo Archives Associated Press)

Agrandir

«On voit une lassitude s'installer», a commenté Chris Low, chez FTN Financial, et «depuis qu'on a touché le sommet de l'année le 20 avril, on a du mal à rester en hausse».

Photo Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Wall Street a fini en baisse hier malgré de bons chiffres sur la consommation, cédant à un marché du pétrole en baisse et des résultats d'entreprises mitigés: le Dow Jones a perdu 1,05% et le Nasdaq 0,41%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones a reculé de 185,18 points à 17 535,32 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 19,66 points à 4717,68. L'indice élargi S&P 500 a cédé 17,50 points, soit 0,85%, à 2046,61 points.

«On voit une lassitude s'installer», a commenté Chris Low, chez FTN Financial, et «depuis qu'on a touché le sommet de l'année le 20 avril, on a du mal à rester en hausse».

En début de matinée, les indices avaient tenté de monter, encouragés par de bonnes statistiques.

Les ventes de détail, considérées comme un révélateur clé de l'appétit de consommation des Américains, principal pilier de l'économie, ont affiché leur plus forte hausse en treize mois en avril, à raison de 1,3%.

Parallèlement les prix à la production ont rebondi, certes un peu moins qu'attendu (+0,2%). Puis le moral des ménages évalué par l'Université du Michigan est apparu en forte hausse en mai.

Mais cette série de bons chiffres, au lendemain de déclarations de responsables de la Réserve fédérale favorables à un resserrement monétaire, «donne de quoi réfléchir» selon M. Low.

Mace Blicksilver, chez Marblehead Asset Management, estimait aussi que les investisseurs modéraient leur enthousiasme devant les indicateurs, d'une part parce que la progression des ventes de détail profite plus au commerce en ligne qu'aux magasins, et «parce qu'on a toujours le souci que la Réserve fédérale puisse rehausser les taux d'intérêt» prochainement si elle estime l'économie en suffisamment bonne santé.

Enfin, les cours du pétrole sont restés en baisse toute la séance, pesant sur le secteur de l'énergie, tandis que de mauvaises performances parmi des distributeurs plombaient les valeurs liées à la consommation.

L'informatique se reprend

La chaîne d'habillement JC Penney a cédé 2,8%  après des pertes moins graves que prévu, mais assorties de chiffres de ventes décevants et de prévisions revues en baisse.

Les grands magasins Nordstrom ont dégringolé de 13,4%  après un bénéfice inférieur de presque moitié aux attentes, un chiffre d'affaires décevant et des prévisions revues à la baisse.

Apple, qui était passé provisoirement sous la barre de 90 $US l'action la veille pour la première fois depuis presque deux ans, a gagné juste 0,20% à 90,52 $US après avoir annoncé un investissement d'un milliard de dollars dans un service de voitures avec chauffeur en Chine, Didi Chuxing.

La Bourse de Toronto a clôturé en légère baisse  et le huard a lui aussi perdu quelques plumes face au dollar américain.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a cédé 39,22 points pour terminer la journée à 13 748,58 points.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,61 cent US à 77,31 cents US.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a retraité de 49 cents à 46,21 $ US le baril, tandis que le prix du lingot d'or a avancé de 1,50 $ US à 1272,70 $ US l'once.

-  Avec La Presse Canadienne




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer