Wall Street: Dow Jones et S&P 500 battent de nouveaux records

Les indices new-yorkais démarraient en petite forme «alors... (PHOTO LUCAS JACKSON, REUTERS)

Agrandir

Les indices new-yorkais démarraient en petite forme «alors qu'une série d'indices d'activité économique décevants de la Chine au Japon en passant par la zone euro mettaient à jour l'optimisme peut-être excessif du marché», après de nouveaux records à Wall Street mardi, a relevé Patrick O'Hare, de Briefing.com.

PHOTO LUCAS JACKSON, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street, encouragée par une salve de bons indicateurs économiques aux Etats-Unis qui ont relégué au second plan des statistiques plus préoccupantes en Chine et en zone euro a emmené jeudi le Dow Jones et le S&P 500 à de nouveaux sommets.

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse, malgré la publication de données témoignant d'un déclin de l'activité économique en Chine et en Europe.

Le dollar canadien s'est quant à lui apprécié de 0,35 cent US à 88,45 cents US.

----------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 15 075,18 / 95,03 (0,63%)
  • Dow Jones 17 719,00 / 33,27 (0,19%)
  • S&P 500 2 052,75 / 4,04 (0,20%)
  • NASDAQ 4 701,87 / 26,16 (0,56%)

----------------

Après une ouverture hésitante, les indices new-yorkais ont progressivement gagné du terrain en cours de séance.

«Le marché a réussi à effacer la plupart de ses pertes observées à l'ouverture, les nouvelles économiques américaines prenant le pas sur une actualité économique moins souriante du côté de la Chine et de la zone euro», a relevé Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

En effet, d'après les chiffres publiés dans la matinée, «il ressort que l'embellie économique aux États-Unis touche la plupart des secteurs», a-t-il noté.

Sur le marché de l'emploi américain, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé à la mi-novembre par rapport à celles de la semaine précédente, renforçant encore la confiance des investisseurs dans ce secteur en pleine embellie.

Les autres nouvelles étaient aussi généralement de bon augure pour la première économie mondiale: l'activité manufacturière de la région de Philadelphie a connu un bond-surprise en novembre qui l'a porté à son plus haut niveau depuis près de 21 ans, et dans l'immobilier, les ventes de logements anciens ont progressé contre toute attente pour le deuxième mois consécutif en octobre.

D'autre part, l'indice composite des principaux indicateurs établi par le Conference Board a progressé de 0,9% en octobre soit davantage que les attentes des analystes qui étaient de 0,6%.

Les opérateurs ont aussi digéré l'annonce d'une stagnation des prix à la consommation en octobre, selon l'indice CPI, aux États-Unis, où le niveau d'inflation était très surveillé alors que les courtiers anticipaient un possible resserrement monétaire en 2015.

En Chine, en revanche, la production manufacturière a de fait stagné en novembre, la croissance de la deuxième économie mondiale étant confrontée à «d'importantes pressions», selon la Banque HSBC.

En zone euro sur la même période, la croissance a ralenti à son plus bas niveau depuis juillet 2013, selon l'indice PMI composite publié par le cabinet Markit.

Best Buy retrouve le sourire 

Une série de résultats d'entreprises a également attiré l'attention, dont ceux, applaudis, de la chaîne de magasins d'électronique Best Buy (+6,98% à 38,02 dollars). Longtemps en difficultés, ses comptes trimestriels ont dépassé les attentes, en raison notamment de bonnes ventes en magasins de tablettes et de télévisions.

Également dans le secteur surveillé des ventes au détail peu avant le début des fêtes de fin d'année, les magasins d'articles de maison Williams-Sonoma (+8,35% à 75,22 dollars) ont affiché des performances trimestrielles meilleures qu'attendu, et un niveau encourageant de ventes en ligne.

Les prévisions trimestrielle et annuelle de Salesforce, une société spécialisée dans l'informatique dématérialisée («cloud»), décevaient en revanche, et ont fait baisser son titre de 4,46% à 58,30 dollars.

Le portail internet Yahoo!, qui doit remplacer Google (-0,63% à 543,76 dollars) comme moteur de recherche par défaut du navigateur Firefox aux États-Unis, s'est apprécié de 1,32% à 51,25 dollars.

La banque d'affaires Goldman Sachs, souvent accusée de conflit d'intérêts avec ses régulateurs et qui a licencié deux banquiers dont l'un a relayé des informations confidentielles de la Banque centrale de New York, a grignoté 0,30% à 189,75 dollars.

Dans l'aviation,le constructeur aéronautique Boeing qui a été coiffé par son rival européen Airbus pour une commande de la compagnie américaine Delta Air Lines (-1,10% à 43,96 dollars) portant sur 50 long-courriers, est resté quasi stable (+0,07% à 131,70 dollars).

Le marché obligataire a progressé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,335% contre 2,351% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,053% contre 3,067% la veille.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer