Wall Street méfiante

«C'est une période très confuse pour le marché,... (Photo Richard Drew, archives AP)

Agrandir

«C'est une période très confuse pour le marché, qui marche sur une corde raide» a commenté Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management.

Photo Richard Drew, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La Bourse de New York s'est nettement repliée mardi face à la multiplication des sources d'inquiétudes, notamment sur la croissance mondiale, juste avant le lancement de la saison des résultats d'entreprises: le Dow Jones a perdu 1,60% et le Nasdaq 1,56%.

-----------------

Les marchés à la fermeture:

  • TSX 14 576,45 / -166,67 (-1,13%)
  • Dow Jones 16 719,39 / -272,52 (-1,60%)
  • S&P 500 1 935,10 / -29,72 (-1,51%)
  • NASDAQ 4 385,20 / -69,60 (-1,56%)

----------------Selon des résultats définitifs, le Dow Jones a cédé 272,52 points, à 16 719,39 points, et le Nasdaq 69,60 points, à 4385,20 points.

L'indice élargi S&P 500 a reculé de 1,51%, ou 29,72 points, à 1935,10 points.

«Le marché se retrouve à la croisée de multiples vents contraires» affectant le moral des investisseurs, a commenté Brent Schutte de BMO Capital Markets.

Outre la persistance de risques géopolitiques en Ukraine et au Moyen-Orient ou l'incertitude sur les intentions de la banque centrale américaine, les courtiers de Wall Street ont dû digérer mardi plusieurs indicateurs alarmants sur la croissance mondiale, en particulier en Europe.

Ils ont notamment été échaudés par l'annonce d'un recul bien plus fort que prévu de la production de l'industrie allemande en août (-4%), publié au lendemain de la diffusion d'une contraction de 5,7% des commandes industrielles. Des chiffres de mauvais augure pour la croissance de la première économie de la zone euro au troisième trimestre.

Le Fonds monétaire international (FMI) a par ailleurs révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour l'union monétaire européenne cette année et l'an prochain, ne prévoyant plus que 0,8% de croissance du PIB en 2014 contre 1,1% en juillet, et 1,3% en 2015, contre 1,5%.

Évoquant des risques de «stagnation» dans les pays riches et l'aggravation des tensions géopolitiques en Ukraine ou au Moyen-Orient, l'organisme a également abaissé ses prévisions de croissance mondiale: le PIB ne devrait plus progresser que de 3,3% en 2014 dans le monde, marquant un repli de 0,1 point par rapport aux projections de juillet, avant de rebondir moins nettement que prévu en 2015 (-0,2 point, à 3,8%).

Signe positif toutefois: le FMI a aussi légèrement relevé sa prévision de croissance pour les États-Unis en 2014, saluant l'amélioration du marché du travail et l'assainissement de la santé financière des ménages.

«C'est une période très confuse pour le marché, qui marche sur une corde raide» a commenté Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management.

Les investisseurs sont d'autant plus prudents qu'ils attendent le coup d'envoi de la saison des résultats du troisième trimestre avec la diffusion des comptes d'Alcoa mercredi soir, et le même jour le compte-rendu de la dernière réunion du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale.

Signe d'un intérêt accru des investisseurs qui y voient, selon Mace Blicksilver, une valeur refuge face aux inquiétudes sur la croissance mondiale, le marché obligataire américain a nettement progressé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,350% contre 2,425% lundi soir et celui des bons à 30 ans à 3,056% contre 3,128% la veille.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer