Wall Street clôture en léger recul

La Bourse de New York a terminé en petite baisse mardi à l'issue d'une séance... (PHOTO RICHARD DREW, ARCHIVES AP)

Agrandir

PHOTO RICHARD DREW, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La Bourse de New York a terminé en petite baisse mardi à l'issue d'une séance très volatile au dernier jour du trimestre et face à un environnement économique incertain.

-----------------

Les marchés à la clôture:

  • TSX 14 960,51 / -16,41 (-0,11%)
  • Dow Jones 17 042,93 / -28,29 (-0,17%)
  • S&P 500 1 972,31 / -5,49 (-0,28%)
  • NASDAQ 4 493,39 / -12,46 (-0,28%)
---------------

À l'instar des précédentes séances, particulièrement erratiques, les indices de la place new-yorkaise ont évolué entre pertes et gains tout au long de la journée.

«Cette évolution cahin-caha est liée à la fin du trimestre» avec des investisseurs procédant à de dernières opérations avant la fermeture de leurs comptes pour la période, a commenté Peter Cardillo de Rockwell Global Capital.

Mais cette versatilité est aussi à l'image des incertitudes qui planent actuellement sur le marché, selon Art Hogan de Wunderlich Securities.

Les investisseurs accueillent tout indicateur américain avec des pincettes, tentant de les interpréter à l'aune de leur impact sur la banque centrale américaine.

Les statistiques du jour, contrastées, pouvaient à cet égard être vues comme des éléments à l'appui de la poursuite de la politique très accommodante de l'institution: les prix du logement dans les vingt plus grandes métropoles américaines ont reculé de 0,5% en juillet selon l'enquête Case-Shiller, l'activité économique de la région de Chicago s'est repliée en septembre et le moral des ménages américains a chuté sur la même période selon l'indice publié par le Conference Board.

Parallèlement, «les investisseurs scrutent avec un peu de nervosité les événements géopolitiques qui ont ou pourraient provoquer des conséquences sur la croissance mondiale, comme les manifestations à Hong Kong et son éventuel impact sur l'économie chinoise ou le conflit entre la Russie et l'Ukraine et ses effets sur les économies russe et européennes», a souligné Art Hogan.

Enfin, le net renforcement du dollar «va sans doute être un des sujets de conversation majeurs dans la saison des résultats d'entreprises à venir, certains redoutant que cela impacte les bénéfices des sociétés américaines», a relevé le spécialiste.

eBay se sépare de PayPal

L'effet de la vigueur du billet vert sur les matières premières libellées en dollar, rendues plus chères pour les investisseurs munis d'autres devises, est aussi une «petite source d'anxiété», selon Peter Cardillo.

La chute de plus de trois dollars des cours du baril de brut américain a ainsi pesé sur les actions de ConocoPhillips (-1,70% à 76,52 dollars), de Chevron (-1,02% à 94,05 dollars) ou d'ExxonMobil (-0,40% à 94,05 dollars).

Parmi les autres valeurs du jour, eBay a bondi de 7,54% à 56,63 dollars) dans la foulée de l'annonce de la scission de sa très rentable filiale de paiements PayPal.

Le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson, qui a lui fait part de l'acquisition de la biotech californienne Alios BioPharma pour 1,75 milliard de dollars, a grignoté 0,05% à 106,59 dollars.

Dans le secteur des médias, News Corp, la propriété du milliardaire Rupert Murdoch, va reprendre pour 950 millions de dollars le site américain de petites annonces immobilières Move, qui s'est envolé de 37,08% à 20,96 dollars. L'action de NewsCorp a, elle, reculé de 2,68% à 16,35 dollars.

Le service de vidéos à la demande Netflix, qui se lance dans la création cinématographique avec la suite du film «Tigre et Dragon», s'est apprécié de 0,36% à 451,18 dollars.

Le constructeur automobile Ford, qui avait déjà perdu plus de 7% lundi après l'abaissement de ses prévisions de bénéfice annuel, a poursuivi son repli (-2,12% à 14,79 dollars).

Le marché obligataire a terminé en baisse. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,508% contre 2,491% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,212% contre 3,180% la veille.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer