Wall Street sans conviction en attendant la BCE

Mardi, la place new-yorkaise se préparait à évaluer... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Mardi, la place new-yorkaise se préparait à évaluer plusieurs indicateurs, à la recherche de signes confortant l'impression d'une croissance américaine solide.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a terminé sans direction mardi, sans conviction face à des indicateurs américains encourageants ou le recul des valeurs pétrolières, dans l'attente d'une réunion importante de la Banque centrale européenne. La chute des titres liés aux ressources naturelles a par ailleurs pesé sur l'indice phare de la Bourse de Toronto, le forçant à clôturer sur une légère baisse.

Le dollar canadien s'est quant à lui déprécié de 0,48 cent US à 91,49 cents US à la veille d'une nouvelle annonce de la Banque du Canada sur ses taux d'intérêt.

----------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 15 619,08 / -6,65 (-0,04%)
  • Dow Jones 17 067,56 / -30,89 (-0,18%)
  • S&P 500 2 002,28 / -1,09 (-0,05%)
  • NASDAQ 4 598,19 / 17,92 (0,39%)

--------------

«Septembre est généralement un mauvais mois pour le marché des actions», a remarqué Peter Cardillo de Rockwell Global Capital. Mais après une nette progression en août, le marché a surtout simplement «besoin de se reposer», a-t-il estimé.

Les données statistiques sur l'économie américaine diffusées mardi étaient pourtant de bon augure, entre le rebond des dépenses de construction en juillet, à leur plus haut niveau en près de 6 ans, et la hausse surprise de l'activité dans le secteur manufacturier en août.

Ce dernier indicateur «est vraiment un très bon chiffre, mais ce n'est qu'une brique supplémentaire dans l'édifice d'une économie qui s'améliore», a commenté Art Hogan de Wunderlich Securities.

Les courtiers, qui reprenaient le travail après un week-end prolongé, sont «dans l'attente d'éléments qui pourraient se révéler plus décisifs, à savoir le rapport sur l'emploi américain vendredi et la réunion de la Banque centrale européenne jeudi», a-t-il souligné.

«Cela fait maintenant deux ans que Mario Draghi nous a promis qu'il ferait tout ce qui était en son possible pour soutenir l'euro, et pour l'instant on n'en a pas vu grand-chose», a-t-il expliqué. «Il est sans doute temps de passer un peu plus à l'attaque, et on parle d'un éventuel abaissement des taux d'intérêt et peut-être de la mise en place d'un programme de rachats d'actifs».

Une telle mesure reviendrait à injecter des liquidités en masse sur les marchés, une mesure dont pourrait profiter Wall Street.

Cyberattaque chez Home Depot? 

L'indice Dow Jones a par ailleurs plus particulièrement pâti du recul marqué de deux de ses composantes, les compagnies pétrolières Chevron (-1,48% à 127,54 dollars) et ExxonMobil (-0,98% à 98,49 dollars), tombées dans le sillage de la chute de plus de trois dollars du baril de brut coté à New York.

Autre composant de l'indice vedette de la place new-yorkaise, la chaîne de magasins de bricolage Home Depot a baissé de 2,51% à 91,15 dollars après avoir annoncé qu'elle enquêtait sur une potentielle faille de sécurité informatique.

Apple, tout en confirmant une cyberattaque ciblée contre les comptes de plusieurs stars américaines, a à l'inverse affirmé que la sécurité de ses systèmes n'était pas en cause. Son titre s'est apprécié de 0,78% à 103,30 dollars.

Dollar General, le leader américain de produits à bas prix, a gagné 0,58% à 64,36 dollars. Le groupe a relevé son offre sur son concurrent Family Dollar Stores (+0,49% à 80,22 dollars), aussi convoité par Dollar Tree (+1,56% à 54,46 dollars), en proposant plus d'argent et en donnant de nouveaux gages aux autorités de la Concurrence.

Toujours dans l'actualité des fusions-acquisitions, la compagnie de croisières américaine Norwegian Cruise a bondi de 11,05% à 36,99 dollars après avoir annoncé l'achat de sa concurrente Prestige Cruises, pour un peu plus de 3 milliards de dollars.

L'éditeur américain de logiciels Compuware, qui va se vendre au fonds d'investissement Thoma Bravo pour environ 2,5 milliards de dollars, a pour sa part pris 13,26% à 10,59 dollars.

Autre grande opération: le géant américain du négoce et des matières premières agricoles Archer Daniels Midland (+0,40% à 50,06 dollars) a annoncé la cession de sa branche chocolat à son compatriote Cargill, pour 440 millions de dollars.

Le marché obligataire a terminé en baisse. Signe d'une demande moindre, le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,419% contre 2,343% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans, à 3,174% contre 3,080% à la précédente clôture.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer